samedi 21 juillet 2018
Accueil / A la une / Les Vory V Zakone touchés par la Gendarmerie en Normandie
Arrestation d'un malfaiteur présumé lors d'une opération coordonnée par l'OCLDI.
Arrestation d'un malfaiteur présumé lors d'une opération coordonnée par l'OCLDI.

Les Vory V Zakone touchés par la Gendarmerie en Normandie

La section de recherches de Caen, l’office central de lutte contre la délinquance itinérante, et les gendarmes du groupement de La Manche viennent de porter un beau coup d’arrêt à un groupe criminel spécialisé dans les vols à l’étalage et dans les cambriolages. Lundi 16 avril et mardi 17, dix-sept personnes ont été interpellées en France. Quatorze suspects devraient être mis en examen dans cette affaire dirigée par la juridiction inter-régionale spécialisée de Rennes. Dans le même temps, treize individus, dont le numéro 1 de cette bande, étaient arrêtés en Grèce dans le cadre de cette enquête internationale franco-grecque.

Les Vory V Zakone

Tous sont soupçonnés de faire partie des “Vory V Zakone”, les voleurs dans la loi, une organisation mafieuse géorgienne. Des équipes bien connues des gendarmes : la contribution de l’Arme au rapport du Sirasco en 2014 mentionnait ainsi l’interpellation de dix-neuf personnes soupçonnés d’être impliqués dans près de 2.000 cambriolages dans l’ouest de la France. A l’époque, déjà, les gendarmes restaient prudents à propos de ce “risque géorgien”. “Les cellules criminelles disposent d’une très forte capacité de restructuration et de mobilisation, notaient-ils. De plus, sous un angle culturel, l’incarcération n’est pas perçue comme un obstacle mais plutôt comme un intermède nécessaire et formateur, un lieu où l’on prend du galon.”

Pour les gendarmes normands, tout commence en novembre 2016. Ils observent une recrudescence des cambriolages et des vols à l’étalage. Rapidement, ils identifient un groupe de suspects géorgiens résidants à Caen. Les enquêteurs s’aperçoivent alors qu’ils ont sous les yeux une équipe structurée et efficace. Dix-sept mois d’enquête seront nécessaires pour accumuler preuves et indices.

Lire aussi sur L’Essor: 20 ans de lutte contre la délinquance itinérante, de la cellule à l’office

Très vite, les cambriolages se font moins nombreux et laissent place à de nombreux vols à l’étalage. Ces larcins modestes, d’un préjudice estimé à en moyenne une centaine d’euros, ce sont des vols de bouteilles d’alcool ou de parfums. “Mais, avec quatre à cinq faits par jour et avec six à sept équipes, pour le profil d’un seul individu, cela représente un effet multiplicateur important”, observe un enquêteur.

Si le montant du préjudice réalisé par cette bande n’est pas connu, les gendarmes ont déjà remarqué que des équipes similaires arrivaient à réaliser des profits de l’ordre de 200.000 euros par semaine. En tout, près de 300 gendarmes ont été mobilisés dans cette affaire qui constituait une première pour la coopération policière franco-grecque. C’est en effet la première fois qu’une équipe commune d’enquête, sous l’égide d’Europol et d’Eurojust, était mise en place.

Gabriel Thierry.

A voir également

Deuxième concours sous-officier mars 2018 (interne) : les résultats sont publiés

Nous publions les résultats du deuxième concours (interne) sous-officier de Gendarmerie de mars 2018 qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *