lundi 20 août 2018
Accueil / A la une / Les deux filles d’un gendarme retrouvées mortes dans leur chambre à Limonest
Photo d'Illustration (MG/L'Essor).
Photo d'Illustration (MG/L'Essor).

Les deux filles d’un gendarme retrouvées mortes dans leur chambre à Limonest

Les deux filles d’un gendarme de Limonest (Rhône) ont été retrouvées mortes dimanche par leur mère dans leur chambre du logement de fonction du militaire.  Née en 2012 et 2014, les deux fillettes étaient parties se reposer alors que seule leur mère était présente au domicile située dans les locaux de la brigade territoriale autonome de Limonest. C’est en entrant dans la chambre vers 17h30 que la mère a fait la macabre découverte. 

Pas de traces de coups

Les causes du décès restent pour l’instant mystérieuses. Les premiers examens visuels externes ne montrent ni violences, ni traces de coups ou de bagarre, selon la Gendarmerie. Une autopsie doit avoir lieu pour en savoir plus.  Très choquée, la mère a été hospitalisée et n’a pu être entendue par les enquêteurs de la section de recherches de Lyon, à qui l’enquête a été confiée. 

Né en 1979, le père n’était pas présent au moment des faits car il participait à une manifestation sportive. Il a été entendu jusque tard dans la soirée, selon le quotidien Le Progrès qui a révélé l’affaire. 

Pas d’hypothèse privilégiée 

Selon la radio RTL “la mère serait la principale suspecte (..) soupçonnée d’avoir empoisonné ses deux filles”, la radio cite une source proche de l’enquête qui préciserait que “son mari voulait la quitter”. Du côté de la Gendarmerie, on reste cependant extrêmement prudent face à ces affirmations, assuarnt que, si “toutes les hypothèses étaient étudiées, aucune n’était pour l’instant privilégiée”.  

 Matthieu Guyot

A voir également

Photo d'illustration de la Caserne Jourdan de Limoges (Crédit photo : capture Twitter FR3 régions)

Limoges : nouvel incendie suspect aux abords de la caserne de Gendarmerie

Dans la nuit du 15 au 16 août 2018, un incendie d’origine inconnue a détruit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *