jeudi 5 décembre 2019
Accueil / A la une / Rupture entre L’Essor et l’UNPRG: le directeur de L’Essor s’explique
Alain Dumait, directeur de "l'Essor de la Gendarmerie".

Rupture entre L’Essor et l’UNPRG: le directeur de L’Essor s’explique

Le président national de l’UNPRG a dénoncé la convention qui associait L’Essor et l’UNPRG, à effet du 11 juin 2019. Le directeur de L’Essor s’explique.

Mesdames et Messieurs,
chers abonnés de L’Essor,
chers amis lecteurs,
Quand j’ai racheté ce journal, le 12 juin 2012, je me suis fixé trois objectifs :
– accentuer son professionnalisme ;
– communiquer, grâce à nos supports papier et digital, avec l’ensemble de la communauté des gendarmes ;
–  rester fidèle aux valeurs qui m’étaient transmises en même temps que ce titre, dont la notoriété résultait du travail et du talent de tous mes prédécesseurs – à commencer, bien sûr,  par l’illustre Jean Cousteix.
Des objectifs aujourd’hui atteints, compte tenu de nos moyens forcément limités. La rédaction est passée de deux à quatre journalistes professionnels…
L’Essor, né en 1936 sous une autre dénomination, a aidé l’UNPRG à se constituer en 1946  ; puis, sous l’impulsion de Jean Cousteix, à devenir la principale association représentative des retraités de l’Arme.
Après le décès de son fondateur, le 13  janvier 1967, et un intermède dirigé par son fils (et héritier) Guy Cousteix, le journal est racheté par Jacques Revise, qui est alors courtier en publicité pour le compte notamment de la FNRG, que l’UNPRG va chercher et aider à racheter le titre.
La plupart d’entre vous connaissent la suite : Jacques Revise cède L’Essor à un duo emmené par l’éditeur Bernard Méaulle, qui me le transmet.
D’emblée, quand j’énonce les priorités rappelées plus haut, une personnalité éminente de l’UNPRG, Alexis Deredec, me fait savoir son désaccord : L’Essor, selon lui, doit rester le journal des retraités et rien d’autre. Le président de l’UNPRG, qui est déjà Henri Martinez, a l’occasion de me glisser : “Je suis d’accord avec Deredec”
C’est un point de désaccord entre nous. Il est honorable. Mais il se fonde sur des éléments historiques erronés ! La collection complète du journal – que je tiens à la disposition de qui veut la consulter – démontre exactement le contraire ! L’Essor s’est toujours adressé à l’ensemble de la communauté des gendarmes, a toujours défendu aussi bien les personnels actifs que retraités, et, parlant au nom de tous, a depuis toujours bien mérité de l’Arme !
Un autre point de désaccord est apparu au fil de ces dernières années : l’UNPRG, en tout cas son président national, aurait voulu diriger l’équipe des journalistes. Ce qui l’a amené à se désolidariser publiquement de certaines informations parues dans nos colonnes ou sur lessor.org, qui toutes étaient de nature à déplaire, pensait-il, à la haute hiérarchie de la Gendarmerie. C’était à la fois manquer à la solidarité entre partenaires et vouloir porter atteinte à l’indépendance de notre rédaction.
J’ajoute, pour mémoire, des considérations plus psychologiques. Depuis longtemps, l’actuel président de l’UNPRG n’aimait ni L’Essor, ni son directeur… Et c’est ainsi qu’il en est arrivé, unilatéralement, sans raison objective selon moi, à dénoncer la convention qui nous obligeait mutuellement depuis 1973.
Je le regrette profondément. Je pensais offrir à tous les présidents des unions départementales de l’UNPRG, un support reconnu et apprécié, pour faire connaître dans nos colonnes leurs activités et rendre compte de leurs réunions. Les dirigeants de l’UNPRG disposaient d’une tribune permanente. Ils ont préféré annoncer qu’ils allaient lancer, dès le 11 juin, un journal qui serait propre à l’UNPRG… L’histoire jugera.

N’étant plus en mesure de publier les communiqués sur la vie des associations départementales UNPRG, nous prenons deux décisions :
1)  Désormais, les pages de L’Essor sont ouvertes (gratuitement) à toutes les associations de la communauté des gendarmes. Nous consulter.
2)  Avec la disparition des pages corporatives, j’ai demandé à notre rédaction de mieux couvrir l’actualité qui concerne en propre les retraités de la Gendarmerie  : “Défense des pensions de retraites” ; “l’Elargissement des droits à PMI” ; “Gendarmes d’hier et d’aujourd’hui” ; “Relation actifs /retraités ”…

Alain Dumait

Lu dans la presse à ce sujet

Article de la France rebelle 

A voir également

Des gendarmes mobiles (Crédit photo MG/L'Essor).

61 escadrons de gendarmerie mobile mobilisés pour les manifestations du 5 décembre

Les gendarmes mobiles vont être à nouveau massivement mobilisés pour la journée de grève du jeudi 5 décembre contre la réforme des retraites.

5 Commentaires

  1. BRETIN

    Merci à l’Essor pour le travail accompli.Mais tout change très vite et qui de mieux placé que des gendarmes retraités ou d’actives pour parler de la gendarmerie.
    Un nouveau journal pourquoi pas . Personne ne peut s’attribuer le monopole d’une corporation.
    Bonne continuation à l’Essor et bien venu au nouveau journal

    • PALUE

      Je désapprouve cette décision malgré que je sois membre de l’UNPRG. Que cela cache t’il derrière cela ? Je reste fidèle à l’Essor. Ne changez rien.

  2. Pierre S.

    Citation : “2)  Avec la disparition des pages corporatives, j’ai demandé à notre rédaction de mieux couvrir l’actualité qui concerne en propre les retraités de la Gendarmerie  : “Défense des pensions de retraites” ; “l’Elargissement des droits à PMI” ; “Gendarmes d’hier et d’aujourd’hui” ; “Relation actifs /retraités ”…”

    “J’ai demandé à la rédaction de mieux couvrir l’actu qui concerne en propre les retraités…”
    Par cette annonce de circonstance “je me raccroche aux branches”, vous confirmez que vous ne couvriez pas correctement l’actu qui concerne les retraités auparavant… Dans le cadre du partenariat précédent ou justement c’était la doctrine…

    A un moment, L’essor, il va falloir prendre ses responsabilités ! Le “c’est pas moi c’est l’autre”, “les autres c’est des méchants”… Vous prenez vraiment le lecteur pour un jambon!.

    • lessoradmin

      1) nous essayons toujours de mieux faire…
      2) les faits sont les faits…
      La direction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *