dimanche 27 septembre 2020
Accueil / L'actualité Pays de la Loire / Vendée : le corps d’un homme tué par balle et disparu depuis janvier déterré d’une plage
Section de recherches (Photo d'illustration S.D L'Essor)
Illustration (SD/L'Essor).

Vendée : le corps d’un homme tué par balle et disparu depuis janvier déterré d’une plage

Le corps d’un homme de 22 ans, disparu depuis janvier et tué par balle lors d’un possible règlement de comptes lié à un trafic de stupéfiants, a été récemment déterré d’une plage de La Barre-de-Monts (Vendée). L’enquête, menée par les gendarmes de la section de recherches d’Angers a abouti la semaine dernière avec la mise en garde à vue de cinq personnes dont le meurtrier présumé qui a avoué.

La victime a été découverte dans la nuit du 6 au 7 juin sur les indications de son meurtrier présumé, passé aux aveux en garde à vue et mis en examen et écroué jeudi pour homicide volontaire, a indiqué le vice-procureur de La Roche-sur-Yon, Yannick Le Goater, confirmant une information du quotidien Ouest-France.

L’identité de la victime a pu être confirmée après une expertise génétique et l’autopsie a révélé qu’il avait été tué d’une balle, a ajouté le vice-procureur.

Sa disparition inquiétante avait été signalée par son frère, fin janvier.

Le véhicule du disparu, résidant à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, avait été retrouvé quelques jours plus tard, verrouillé et abandonné sur un parking à La Barre-de-Monts, à une trentaine de kilomètres de son domicile. Le parquet des Sables d’Olonne s’était dessaisi le 3 mars au profit du parquet de La Roche-sur-Yon, qui avait immédiatement ouvert une information judiciaire du chef de meurtre, “beaucoup d’indices laissant penser qu’il y avait une cause criminelle” dans cette disparition “trop soudaine“, a retracé le vice-procureur.

L’enquête, confiée à la section de recherches d’Angers, s’était accélérée avec le placement en garde à vue de cinq personnes le 6 juin, dont quatre ont été depuis mises hors de cause.

Le principal suspect, âgé de 29 ans et déjà condamné pour trafic de stupéfiants, est passé aux aveux le jour même de son interpellation, et a guidé les gendarmes vers le lieu où il avait enterré le corps, sur une plage située à proximité du lieu de découverte du véhicule.

La victime et son meurtrier présumé “se fréquentaient régulièrement dans le cadre d’échanges de stupéfiants“, un trafic qui “pourrait être” le mobile du meurtre, a avancé le vice-procureur Le Goater.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *