mardi 29 septembre 2020
Accueil / L'actualité Pays de la Loire / Course poursuite avec les gendarmes : un automobiliste condamné (vidéo)
Le palais de justice de Caen (Illustration S.D/L'Essor).
Le palais de justice de Caen (Illustration S.D/L'Essor).

Course poursuite avec les gendarmes : un automobiliste condamné (vidéo)

Un automobiliste sans permis de Nort-sur-Erdre a été condamné lundi en comparution immédiate à six mois de prison avec sursis et à une amende de 150 €, après avoir foncé vendredi soir sur un gendarme de la brigade de Loireauxence (Loire-Atlantique) qui l’avait mis en joue avec son arme de service.

Kévin Vandaele, un jeune de 24 ans, devra surtout se plier à une mise à l’épreuve de deux ans : elle l’obligera à rechercher activement du travail et à passer les épreuves du permis de conduire. Il devra également verser 700 € de dommages et intérêts au maréchal-des-logis chef Guillaume A. et 450 € à son collègue Rémi S.

Le parquet avait réclamé un peu plus tôt six mois de prison ferme et un maintien en détention pour cet intérimaire de l’usine Manitou, qui avait déjà été condamné à six reprises pour des vols et des délits routiers.

Vendredi soir, vers 21h30, le prévenu avait en effet “voulu faire un petit peu le kéké” sur le parking du centre commercial Espace 23, à Saint-Géréon, après que le patron du bar à vins où il passait la soirée avec des amis lui ait demandé de partir. Il avait alors commencé à faire crisser les pneus de son 4×4 Nissan Patrol, dans un grand nuage de fumée…

Course poursuite  à plus de 140 km/h

La scène avait été aperçue par une gendarme en repos, qui avait alerté ses collègues de patrouille ce soir-là. A leur vue, ce père d’un bébé de 15 mois – qui avait alors 1,56 g d’alcool dans le sang – avait eu “peur d’aller tout droit en prison et de ne plus voir sa famille“… et avait fait une brusque marche arrière sur 200 mètres, en percutant une voiture à l’arrêt.

Kévin Vandaele avait ensuite percuté celle des gendarmes, qui s’étaient portés à sa hauteur. Le maréchal des logis chef Guillaume A. l’avait alors mis en joue avec son arme de service… ce qui n’avait pas empêché le prévenu de forcer le passage. “Si je n’avais pas fait un pas de côté, j’étais coincé entre notre véhicule et le sien“, a témoigné le militaire.

Il n’a pas tiré non pas pour le protéger d’un risque mortel qui était alors très net, mais parce qu’il y avait beaucoup de monde derrière“, insiste aussi son avocate, Me Annie Hupé. “Sa balle aurait très bien pu ricocher sur une voiture.” Plusieurs personnes se trouvaient en effet présentes aux abords du bowling et du restaurant Mc Donald’s voisins.

Bien que blessés aux cervicales, les deux gendarmes avaient pris en chasse le prévenu “à plus de 140 km/h“, gyrophare et sirène allumés, sur une route de campagne sinueuse. Mais, au bout de plusieurs kilomètres, ils avaient finalement renoncé. “Si on continuait comme ça, on allait tous finir au tas… Je savais que deux ou trois autres patrouilles avaient été dépêchées, ça ne servait donc à rien de lui mettre davantage la pression“, a expliqué Guillaume A. au tribunal correctionnel de Nantes. Une “odeur de brûlé” commençait aussi à se faire sentir dans leur véhicule accidenté.

“Route infernale”

La “route infernale” du prévenu, comme l’a souligné l’avocate des gendarmes, s’était finalement terminée dans un violent accident avec un autre automobiliste, sur la commune des Touches.

Me Annie Hupé, l’avocate des gendarmes, a salué au final le “professionnalisme” et le “sang-froid” des deux militaires. Elle a également rappelé le “sentiment de mort imminente” qu’a connu le maréchal des logis chef A. : quand il a retrouvé ses enfants le week-end dernier, il n’a pu s’empêcher de “tomber en larmes“, a-t-elle souligné devant les juges.

Ils ont abandonné leur instinct de chasseur pour le bien de la sécurité publique“, confirme le procureur de la République. Tous deux se sont vu prescrire trois jours d’arrêt de travail, a-t-il été précisé au cours des débats.

“Réflexe de bête traquée”

Monsieur avait tout à fait le droit de partager un moment de détente avec ses amis après sa journée de travail, mais certainement pas de prendre le volant“, a par ailleurs ajouté le représentant du ministère public à propos du prévenu. “Il a alors eu un réflexe de bête traquée, en voulant échapper à tout prix à son interpellation.

Au cours des débats, l’homme a expliqué qu’il n’avait jamais passé le permis : il a appris à conduire “sur des tracteurs agricoles“, puis en déplaçant des voitures chez ses parents. Il a par ailleurs affirmé être inscrit en auto-école à Ligné “depuis plus d’un an“, mais a avoué n’être “pas très assidu” à la formation “en raison de son travail“.

Kévin Vandaele n’en pas fini avec la justice : une audience sur intérêts civils fixera le 8 juin prochain le montant des dommages et intérêts qu’il devra verser à l’habitante de Loireauxence dont il a heurté la voiture sur le parking. Il recomparaîtra par ailleurs ultérieurement pour les “blessures involontaires” qu’il a infligées au second automobiliste : elles n’ont pu être jugées ce lundi en raison d’un problème de procédure.

GF (PressPepper)

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *