mercredi 28 octobre 2020
Accueil / L'actualité PACA / Passez l’été en compagnie des gendarmes de Saint-Tropez
L'énième retour des gendarmes de Saint-Tropez à la télé (photo : Twitter)
L'énième retour des gendarmes de Saint-Tropez à la télé (photo : Twitter)

Passez l’été en compagnie des gendarmes de Saint-Tropez

Cruchot, Gerber, Fougasse, les gendarmes les plus connus de France sont de retour sur nos écrans de télévision. Quatre ans après leur dernière retransmission, la chaîne M6 a décidé de corriger le tir en programmant sur son antenne chaque lundi, en prime time, les aventures de la célèbre brigade du maréchal des logis-chef Cruchot.

Succès d’audience assurée, la saga de Jean Girault marquera à jamais le patrimoine culturel et cinématographique de la Gendarmerie Nationale. À Saint-Tropez, les gendarmes sont de véritables icônes qui continuent de faire rêver petits et grands. Ce soir, vous avez rendez-vous avec l’indémodable Louis de Funès dans Le Gendarme se marie (1968) puis dans Le Gendarme en balade (1970). L’Essor vous éclaire sur les petits secrets et détails de cette comédie culte.

La véritable histoire des gendarmes de Saint-Tropez

C’est en 1838 que s’installe à Saint-Tropez la première brigade de gendarmerie. De la fin du XIXe siècle à 2003, les forces de l’ordre cantonneront dans la célèbre caserne immortalisée par les films au 2 place Blanqui. Affectés à la surveillance de la cité portuaire, les gendarmes contrairement au mythe ne traquent pas les naturistes, mais plutôt les braconniers et s’attellent à faire respecter la circulation routière en période estivale.

Muté en 2007, le capitaine et cinéphile Laurent Perrin, commandant en second de la compagnie de Gassin-Saint-Tropez, se liera volontiers d’amitié avec Michel Galabru, l’interprète de l’inoubliable adjudant Gerber. Néanmoins, la réalité dépassera la fiction. Dans les Années 80, à l’occasion des Nuits Tropéziennes où est diffusé le premier film, une scène insolite se produira entre les gendarmes et des touristes farceurs qui entameront une course-poursuite nocturne derrière l’écran géant, laissant entrevoir un spectacle d’ombres chinoises aussi inédit qu’insolite.

Pour tous les curieux et vacanciers, les locaux actuels de la Gendarmerie situés place de la Garonne, ont servi de lieu de tournage pour Le Gendarme et les gendarmettes (1982), dernier opus de la série.

Un scénario inspiré de faits réels

Richard Balducci, créateur et scénariste de la saga du gendarme, s’est inspiré de ses propres mésaventures à Saint-Tropez pour bâtir son cinéma gendarmesque. En 1963, lors d’une excursion sur les hauteurs de Port-Grimaud et alors qu’il admire l’horizon, celui-ci se fait dérober sa caméra à l’intérieur sa voiture.

Balducci part immédiatement rejoindre la Gendarmerie de Saint-Tropez afin de porter plainte pour vol. Mais, il y trouve un gendarme apathique qui prend son histoire très à la légère. “Mais tout ça n’est pas bien grave”, lui répond le brigadier sur un ton sarcastique. Décontenancé par l’absurdité de la situation, le scénariste rétorque violemment, “je vais écrire quelque chose sur vous, car je n’ai jamais vu ça de ma vie !”

En voyant la personne de ce fonctionnaire de Gendarmerie aussi incompétent qu’agaçant , l’idée lui vient en tête de réaliser un film sur une brigade de gendarmes en carton. Le personnage de Cruchot est né. Moins d’un an après sa mésaventure, en 1964, sort sur tous les écrans de cinéma de France les aventures du Gendarme de Saint-Tropez  qui va populariser à jamais ce corps d’élite.

La dernière balade des gendarmes

Le septième film des Gendarmes n’est jamais sorti au cinéma, pourtant cette aventure est celle qui attire le plus la curiosité des mordus de la saga. Suite directe du Gendarme et des Extra-terrestres (1979), Le Gendarme et l’Empereur est une uchronie qui prend place le 18 juin 1815, durant la bataille de Waterloo.

À bord de la soucoupe volante des martiens, la troupe de Cruchot est mandatée pour assurée l’ordre dans l’espace. Une odyssée qui va tourner court puisque l’adjudant Gerbert fait une dépression et dérègle les commandes de la navette, alors propulsée en pleine époque napoléonienne.

Face à l’empereur Napoléon Ier, les gendarmes de Saint-Tropez vont essayer de tout faire pour ne pas dérégler le court du temps. Cette histoire rocambolesque s’arrête plus longuement sur le passé du personnage de Cruchot ainsi que sur sa lignée familiale. Ludovic Cruchot fera face à son arrière arrière-grand père, Ernest Cruchot, grognard de la Garde Impériale.

Le film ne verra jamais le jour, Louis de Funès décédant en 1983 juste avant le début du tournage. Néanmoins, les visiteurs du Musée de la Gendarmerie et du cinéma de Saint-Tropez peuvent venir découvrir le story-board original de cette aventure inachevée des Gendarmes.   

Louis de Funès sur le tournage du film Le Gendarme et les gendarmettes en compagnie du véritable adjudant de la brigade des gendarmes de Saint-Tropez (photo : L'Essor)
Avec son mythique rôle du maréchal des logis-chef Ludovic Cruchot, l’acteur Louis de Funès contribue à la popularité grandissante de la Gendarmerie nationale. (photo : L’Essor)

Réception critique des autorités

Pour De Funès, les gendarmes qui encadraient le tournage étaient des gens charmants et très sympathiques qui le lui rendaient bien. Dans une interview télévisée de 1970, où il se confronte à Jean Claude Perier, directeur de la Gendarmerie, l’acteur avoue avec humilité son modeste rôle par rapport à ses acteurs du quotidien impliqués dans la sécurité publique.

Malgré les réticences de l’état-major à la sortie des premiers films, la Gendarmerie est très satisfaite de l’image renvoyée par les films. Suites après suites, la brigade de Saint-Tropez est célébrée joyeusement dans la fiction comme dans la réalité. Pour la communauté tropézienne, sa brigade de Gendarmerie est devenue incontournable dans la commune et fait désormais partie intégrante du paysage.

Une popularité que l’on peut constater lors des missions de proximité de la Gendarmerie. En 1970, Le Gendarme en balade “suscite un tel enthousiasme dans Saint-Tropez que la population leur réclame des contraventions”, expliquait, en 2003, l’universitaire Sébastien Le Pajolec, dans un article de la revue Sociétés & Représentations..

Il précise que, dans une interview accordée en 2001 à Europe 1, l’ancien commandant de groupement du Var raconte joyeusement, “pour nous, Cruchot, c’est un support médiatique superbe”. Tout est dit.

Une popularité encombrante

Forts de leur nouvelle notoriété publique, les gendarmes stationnés place Blanqui sont les sujets des blagues potaches de quelques vacanciers chevronnés. 

En plus des faux gendarmes costumés et des touristes collants, les vrais gendarmes de Saint-Tropez viennent de dégotter un nouvel adversaire : les ultras de Cruchot. Certaines nuits, des petits plaisantins scandent à voix haute le nom du maréchal des logis-chef ainsi que les répliques des films sous les fenêtres du bâtiment.

En réponse à ces dérangements nocturnes, les gendarmes entreprennent une contre-attaque et lancent sur la tête des fêtards des bombes à eau. Une méthode dissuasive qui pourtant n’empêche pas cette ferveur populaire autour du mythe des Gendarmes de Saint-Tropez.

Lire aussi sur L’Essor : Ouverture dimanche du Musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez

Cruchot rentre au Musée

En juin 2016, le Musée de la Gendarmerie et du cinéma de Saint-Tropez ouvre ses portes devant des milliers de curieux, venus découvrir l’intérieur du poste de Gendarmerie le plus connu de France. En l’espace de deux ans, près de 100.000 visiteurs sont venus sur ce lieu mythique du cinéma Français, pour se réapproprier cette petite part de nostalgie de leur enfance.

Costumes, accessoires, documents de tournages et photographies, tout est fait pour faire revivre le souvenir de la saga des Gendarmes. Les visiteurs ont même la possibilité de rencontrer le fameux mais redoutable maréchal des logis-chef Cruchot, en faisant une halte selfie aux côtés d’une statue en bronze à l’effigie de l’immense acteur de Funès.

M.C.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. Demarquoy

    Bonjour, en ce qui concerne lalégende de la photo c’est un capitaine avec Defunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.