mardi 29 septembre 2020
Accueil / L'actualité PACA / PACA : la préfecture demande des modifications du “plan de sécurité”, Estrosi proteste
Nice
La Promenade des Anglais à Nice en juillet 2016. (Photo d'illustration S.D L'Essor).

PACA : la préfecture demande des modifications du “plan de sécurité”, Estrosi proteste

La préfecture a demandé au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) de modifier son “plan de sécurité intérieure”, entraînant des protestations de son président (LR) Christian Estrosi.

Courant janvier, le préfet de Région, Stéphane Bouillon, a envoyé un courrier à M. Estrosi dans lequel il a demandé “des modifications partielles du plan de sécurité intérieure” voté en novembre, a indiqué la préfecture.

Ce plan de 250 millions d’euros vise à “accompagner, soutenir” le travail des forces de l’ordre en “renforçant (leurs) moyens matériels et humains“, avait expliqué M. Estrosi lors de la présentation en septembre. Parmi les mesures figurent la création d’un pass transport gratuit pour les policiers nationaux et municipaux, gendarmes, militaires et pompiers, des participations au financement de la construction de nouvelles casernes de gendarmerie et de la rénovation des commissariats. Mais aussi des aides aux communes pour des projets liés à la sécurité, comme le développement ou la création de réseau de caméras de vidéosurveillance, l’équipement des polices municipales en matériels: armes, gilets par balles, véhicules ou encore la création de centres de supervision urbains.

Selon la Région, c’est cette partie du plan qui est remise en cause par la préfecture. M. Estrosi a indiqué dans un communiqué avoir écrit au ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux pour s’étonner “du refus exprimé par l’État de voir la Collectivité régionale contribuer au financement des investissements de nos communes et intercommunalités pour la mise en oeuvre de leurs missions de prévention de la délinquance ou de sécurité au sens large“.

Qui peut sérieusement et sincèrement contester que la Région déploie en la matière ce qui fait le cœur ses compétences en matière d’aménagement du territoire et de développement économique, quand on sait que, pour nos communes, qui plus est depuis l’attentat du 14 juillet, le niveau de mise en sécurité est devenu un élément structurant de l’attractivité économique et touristique du territoire ?“, s’insurge Christian Estrosi dans le communiqué.

Il y a des lois, et les lois définissent très clairement les compétences de chacun. En fonction, je serai obligé de demander à la Région, sous contrôle du juge administratif, de renoncer à certaines de ses actions“, avait expliqué dans le magazine Objectif Méditerranée Stéphane Bouillon le 12 janvier.

La dernière loi de réforme territoriale, dit loi NOTRe, qui définit le rôle des différentes collectivités, exclut la sécurité du domaine des compétences régionales.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *