samedi 26 septembre 2020
Accueil / L'actualité PACA / Procès des faux-monnayeurs présumés à Marseille : près de 8 millions d’euros de faux billets!
Section de recherches (Photo d'illustration S.D L'Essor)
Illustration (SD/L'Essor).

Procès des faux-monnayeurs présumés à Marseille : près de 8 millions d’euros de faux billets!

Le procès de cinq prévenus jugés pour leur implication présumée dans un réseau de fabrication de faux billets a débuté lundi devant le tribunal correctionnel de Marseille. L’enquête avait été menée par les gendarmes de la section de recherches de Marseille.

Ali Beldjouheur, le principal prévenu, un informaticien de 44 ans ans, a tout nié en bloc dès les premières heures de l’audience. Les imprimantes et papier de qualité découverts chez lui : “C’était pour la fabrication de faux documents (…) pour monter des dossiers de crédit“, a-t-il affirmé, faisant mine de découvrir les faits qui lui sont reprochés.

En décembre 2014, les gendarmes découvraient dans un appartement du 14e arrondissement de Marseille un atelier de production de fausses coupures avec six ordinateurs et six imprimantes.

Une équipe de France 3 avait réalisé un reportage lors de cette prise exceptionnelle :


VIDEO. Un réseau de faux monnayeurs démantelé à Marseille

Des planches de pastilles holographiques, encres sophistiquées, fluorescentes et à variation optique, ainsi que 2.000 feuilles d’un papier importé de Chine, présentant les caractéristiques du papier monnaie authentique, avaient été saisis. De quoi imprimer, selon les experts, de faux billets pour environ 8 millions d’euros.

La qualité de la contrefaçon avait surpris les spécialistes car elle ne pouvait être décelée que par un expert de la Banque de France.

Ali Beldjouheur, déjà condamné pour contrefaçon de cartes bancaires et qui avait hébergé le matériel dans un premier temps à son domicile, ainsi que Hakim Mlili, 47 ans, condamné dans une affaire de trafic de drogue, avaient été interpellés après quelques mois de surveillance, le 16 décembre 2014.

Les deux hommes ont toujours contesté être des faux monnayeurs. L’enquête conduite par la Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille avait permis de déceler des contacts réguliers entre les deux faussaires présumés et deux Corses, Guy Perfetti, 50 ans, gérant de cabaret bastiais, et Jules André Albertini, neveu d’Ange-Toussaint Federici, figure du grand banditisme.

Seuls Ali Beldjouheur et Jules André Albertini étaient présents lundi à l’audience. Un autre prévenu est jugé par défaut et deux sont hospitalisés.

Avec AFP

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *