vendredi 10 juillet 2020
Accueil / L'actualité PACA / Lances roquettes volées : le suspect repérait les trains de marchandise

Lances roquettes volées : le suspect repérait les trains de marchandise

Écusson section de recherches PACA
Photo d’illustration (D.C/L’Essor).
Un homme de 23 ans a été mis en examen vendredi à Aix-en-Provence pour avoir volé lance-roquettes et obus dans un train de marchandises qui convoyait ce matériel appartenant à l’armée, a-t-on
appris de source proche du dossier, confirmant une information du Parisien.
L’homme a été mis en examen pour “vol aggravé”, a précisé à l’AFP le procureur de la République d’Aix-en-Provence, Achille Kiriakides, sans apporter plus de précisions sur les faits.

Le vol a été commis au cours de la dernière semaine de juin, dans un train de marchandises qui traversait la France, entre la base de Miramas (Bouches-du-Rhône) et celle de Brienne-le-Château, dans l’Aube, a précisé une source proche du dossier.

Selon les premiers éléments de l’enquête, les caisses n’étaient “ni plombées, ni sécurisées”.

Au total, quatre lance-roquettes antichars et quatre caisses d’obus, capable de pénétrer des blindages, ont été volés, rapporte Le Parisien.

 

Un suspect coutumier des vols de frêt

Les gendarmes de la section de recherches de Marseille, auxquels l’enquête a été confiée, ont pu rapidement identifier le voleur présumé et remonter jusqu’à lui : coutumier des vols de fret, il “repérait les conteneurs isolés” pour y dérober du matériel, selon la source proche du dossier. Les enquêteurs
l’ont interpellé chez lui à Miramas, où le matériel a également pu être retrouvé.
L’information judiciaire qui a été ouverte doit permettre de comprendre si le voleur est tombé sur ce matériel par hasard, où s’il cherchait précisément à mettre la main sur ces armes, une piste qui n’est pour l’heure pas privilégiée.
En juillet 2015, un vol spectaculaire d’explosifs au centre de stockage de munitions militaires de Miramas avait conduit l’armée à revoir en urgence la protection de ses sites.

Au moins 150 détonateurs et des pains de plastiques avaient été volés par des malfaiteurs qui avaient découpé les grillages de
l’enceinte militaire.
En septembre 2016, c’est à la base militaire d’Istres que des caisses militaires contenant notamment des éléments d’armes de poing et d’épaules avaient été volées. Quatre suspects, dont un caporal-chef, avaient rapidement été mis en examen pour leur implication présumée. Quatre mois plus tard, en
janvier 2017, un porte-engin et un tractopelle de l’armée disparaissaient près de la même base militaire d’Istres. Ils avaient été retrouvés peu après par les gendarmes.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *