samedi 26 septembre 2020
Accueil / L'actualité PACA / Premier tir de Flash-ball mortel : dix-huit mois avec sursis requis contre le policier marseillais
Justice (Photo Matthieu GUYOT/Essor)
(Photo/MG/Essor).

Premier tir de Flash-ball mortel : dix-huit mois avec sursis requis contre le policier marseillais

Le policier Xavier Crubezy “n’avait pas le droit, tout simplement, de faire usage de cette arme”, le 12 décembre 2010, lorsqu’il a tiré pour maîtriser Mustapha Ziani, a déclaré le procureur avant de requérir 18 mois de prison avec sursis contre le policier marseillais.

Il a récusé l’argument de la légitime défense avancé par le gardien de la paix qui avait demandé au tribunal correctionnel de Marseille de le condamner pour “homicide involontaire”. Xavier Crubezy, qui exerce aujourd’hui dans les CRS a dit regretter les tragiques conséquences de son tir du 12 décembre 2010.

“La police n’est pas une science exacte”

Ce jour là, il avait tenté de maîtriser Mustapha Ziani, 45 ans, qui avait blessé un voisin à coup de couteau, en lui tirant dessus au niveau du thorax avec son Flash-Ball.  L’homme était décédé le lendemain d’un arrêt cardiaque.  “Pour moi, quand j’ai tiré, la légitime défense était établie”, a assuré le policier à la barre. “On savait qu’il y avait des couteaux qui traînaient, qu’il pouvait s’en servir”. “Il se montrait virulent face à nous (…) On a essayé de capter son regard, son attention, pour qu’il se calme et que la tension redescende”, a-t-il raconté.

La fille de la victime a pardonné au policier

“Vous étiez trois fonctionnaires de police face à un individu acculé contre le mur, armé d’un verre et d’un mug !”, lui a rétorqué Me Chehid Selmi, avocat de la fille de la victime. L’enquête a démontré que le tir n’avait pas été effectué dans le respect de la distance réglementaire à savoir 4,4 mètres environ. Ce à quoi le policier a répondu “La police n’est pas une science exacte. Quand ça arrive, on n’a pas le temps de la réflexion”. Il utilisait le Flash-Ball pour la première fois lors d’une intervention. “Je pardonne au policier”, a déclaré la fille de la victime, Nabila Ziani, pas encore majeure au moment des faits.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *