vendredi 13 décembre 2019
Accueil / Société / Défense / Décès de Claude Riffaud, créateur des nageurs de combat
Insigne de qualification des nageurs de combat de l'Armée de terre. Crédit : Oursmili (Own work) CC BY-SA 4.0
Insigne de qualification des nageurs de combat de l'Armée de terre. Crédit : Oursmili (Own work) CC BY-SA 4.0

Décès de Claude Riffaud, créateur des nageurs de combat

Claude Riffaud, créateur des nageurs de combat français en 1951 avec Bob Maloubier (mort en avril 2015), est décédé mercredi à Toulon à l’âge de 92 ans, selon plusieurs sites spécialisés.

En juillet 2014, les deux hommes avaient remis son diplôme au 1.000 ème nageur de combat.

Né le 21 mars 1924, résistant à 17 ans, Claude Riffaud était  entré dans la Marine en 1944. Il avait eu une vie passionnante, digne d’un roman.

Créateur des nageurs de combats

Enseigne de vaisseau de 2e classe en septembre 1946, après un passage en Indochine, il rejoint le commando marine Hubert en 1951. Il propose alors de créer un corps de nageurs de combat, à l’image des nageurs de combat italiens auteurs d’actions spectaculaires durant le Seconde Guerre mondiale.

De 1953 à 1958, il commande le commando Hubert, devenu l’unité des nageurs de combat de la marine.
Il rejoint ensuite le service action du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE, devenu DGSE).

Il fut également directeur général adjoint du Centre national pour l’exploitation des océans (CNEXO) et inspecteur général de l’institut français pour l’exploitation des mers (Ifremer).

Il participa notamment à l’expédition Famous (French American Mid Ocean Underwater Survey) en 1973 et 1974, la première exploration d’une dorsale océanique à 2.800 mètres de profondeur.

A voir également

Le lieutenant-colonel Jean-Louis Détain à la tête du Centre national d’instruction nautique de la Gendarmerie

Le lieutenant-colonel Jean-Louis Détain a été installé dans ses fonctions de commandant du Centre national d'instruction nautique de la Gendarmerie (CNING) d'Antibes (Alpes-Maritimes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *