mardi 29 septembre 2020
Accueil / L'actualité PACA / Aide aux migrants : le frère de Cédric Herrou et une militante arrêtés et placés en garde à vue
panneau gendarmerie à Boos (76)
(Photo/SD/L'Essor).

Aide aux migrants : le frère de Cédric Herrou et une militante arrêtés et placés en garde à vue

Le frère de l’agriculteur Cédric Herrou et une militante du collectif d’aide aux migrants Roya Citoyenne ont été arrêtés et placés à leur tour en garde à vue, une journée après la nouvelle interpellation de Cédric, a indiqué vendredi l’avocat de l’agriculteur.

Morgan Herrou et Lucile Boucard ont été interpellés lors d’une perquisition jeudi avant la nuit sur l’exploitation agricole de Cédric à Breil-sur-Roya, où depuis plusieurs mois, il offre le gite et le couvert à des migrants transitant clandestinement dans cette vallée franco-italienne.

De nombreux bénévoles se relaient sur place pour recevoir et stocker des sacs de vêtements et autres dons. “Ils sont partis menottés et sont en garde à vue à la gendarmerie de Menton”, a précisé à l’AFP Me Zia Oloumi. Les forces de l’ordre “ont effectué des saisies puisqu’ils sont repartis avec des sacs”, a ajouté l’avocat qui n’était pas sur place au moment de l’intervention des gendarmes, contrairement à un photographe de Libération, venu déjeuner avec les bénévoles et qui a été quelque peu malmené.

“Ils m’ont fait une clé de bras et m’ont plaqué au sol”

“Je venais de déjeuner là et je m’apprêtais à me rendre à la frontière où l’on m’avait signalé un important déploiement de forces de l’ordre quand ils sont arrivés avec visières, gilets tactiques, bombes lacrymos, bâtons, etc. Il y avait aussi des enquêteurs en civil. Il y avait quatre personnes sur place et des jeunes (migrants) effarouchés. J’ai pu faire quelques images, c’était cordial puis à deux reprises ils m’ont fait une clé de bras et m’ont plaqué au sol avant que je puisse recommencer à travailler”, a raconté à l’AFP le photographe Laurent Carré.

Selon Me Oloumi, “trois mineurs originaires du Tchad et du Soudan pour lesquels Cédric cherche une solution depuis un mois se trouvaient là. Ils ont été pris par les gendarmes qui ont dit qu’ils allaient les placer auprès de l’Aide sociale à l’enfance (ASE)”.

En pleine vague de froid, Cédric Herrou, 37 ans, a été repéré et interpellé mercredi soir avec trois Erythréens près de Sospel. Il est soupçonné de les avoir aidés à éviter un contrôle, ce qu’il nie, affirmant être venu aider ces trois étrangers qui s’étaient perdus. Cédric Herrou, qui revendique “une action politique”, avait déjà été jugé le 4 janvier à Nice pour aide à l’entrée, au séjour et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière: le procureur avait alors requis huit mois de prison avec sursis à son encontre. Le jugement est attendu le 10 février.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *