vendredi 25 septembre 2020
Accueil / A la Une / Tahiti: un homme tué accidentellement par un gendarme
Taser
Le gendarme aurait confondu son "Taser" avec son arme ( Photo d'illustration L'Essor)

Tahiti: un homme tué accidentellement par un gendarme

Un homme a été tué ce jeudi soir à Tahiti lors d’une intervention des gendarmes  sur une bagarre. Un gendarme a sorti son arme, a tiré, et a tué l’un des protagonistes. L’ homme a succombé à ses blessures  avant son transport à l’hôpital.

Une enquête a été ouverte pour homicide involontaire. Le gendarme est en garde à vue. Selon une source proche de l’enquête, il aurait pu confondre son arme de service et son taser. Selon le site TNTV , une autre source proche du dossier juge toutefois cette hypothèse peu plausible.

Le parquet a confirmé les informations obtenues par TNTV : “Le gendarme a fait feu accidentellement sur une personne, alors qu’il avait été appelé pour séparer deux personnes de sexe masculin lors d’une bagarre”.

“Ce qui ressort des premières investigations, c’est qu’il a fait usage de son arme à feu en la confondant avec son arme à impulsion électrique” a poursuivi le Procureur.

Le colonel Caudrelier, qui commande la gendarmerie en Polynésie, n’a pas souhaité faire de déclaration selon le site TNTV.

Le parquet a confirmé les informations obtenues par TNTV : “Le gendarme a fait feu accidentellement sur une personne, alors qu’il avait été appelé pour séparer deux personnes de sexe masculin lors d’une bagarre”.

“Ce qui ressort des premières investigations, c’est qu’il a fait usage de son arme à feu en la confondant avec son arme à impulsion électrique” a poursuivi le Procureur.

Me Adélaïde Pater, l’avocate du gendarme suspecté d’avoir tué un homme, jeudi soir à Paea, a déclaré à TNTV, ce vendredi, que son client était « dévasté » par ce qu’il affirme être un « accident ». Le militaire pensait, selon elle, se saisir de son Taser et non de son arme de service au moment du drame. « Il présente très sincèrement ses condoléances à toute la famille » de la victime.

Parlant au nom du sous-officier de 46 ans, Me Adélaïde Pater, assure qu’il est « très touché par ce qu’il s’est passé ».

« Il a choisi d’être gendarme pour se mettre au service de la population (…) Il se levait le matin pour défendre les gens, pour ramener la paix dans les ménages. Et, là, il se retrouve malheureusement auteur d’un homicide involontaire, mais d’un homicide quand même », souffle la pénaliste.

 

Pour elle, le coup de feu était « totalement involontaire »:  « Il n’a jamais eu à aucun moment la volonté de sortir son arme. Il n’a pas fait le cow-boy. Il a seulement voulu mettre fin à une situation qui était très tendue, très conflictuelle, en sortant son Taser. Malheureusement, il s’est trompé (…) Il regrette très profondément ».

Selon l’avocate, son client et l’un de ses collègues, sont intervenus dans une habitation de Paea, jeudi soir, alors que deux hommes se battaient. Mais en situation de « sous-effectif », les militaires se sont trouvés « dans l’impossibilité de maîtriser à deux les individus au sol ».

« Le Taser était la seule solution pour arrêter  cette situation. Malheureusement, il s’est saisi de la mauvaise arme », ajoute Me Pater.

Une information judiciaire pour homicide involontaire a été ouverte et confiée à un juge d’instruction. Le sous-officier pourrait prochainement être présenté au magistrat en vue d’une mise en examen.

La victime, surnommée “Boudha” , jardinier était père de famille nombreuse.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. miki sanders

    j’ignorai qu’un colonel commandant la gendarmerie nationale !
    je crois que le rédacteur n’a pas pris soin de revoir sa copie….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *