jeudi 28 janvier 2021
Accueil / L'actualité Occitanie / Perpignan : 12 mois de prison avec sursis pour l’agression d’un gendarme en civil
Perpignan ; 12 mois de prison avec sursis pour les agresseurs d'un gendarme (Photo : Flickr/Creative Commons).
Perpignan ; 12 mois de prison avec sursis pour les agresseurs d'un gendarme (Photo : Flickr/Creative Commons).

Perpignan : 12 mois de prison avec sursis pour l’agression d’un gendarme en civil

Présentés ce mercredi au tribunal judiciaire de Perpignan dans le cadre d’une comparution immédiate, deux personnes ont été condamnées à 12 mois de prison avec sursis pour l’agression d’un gendarme en civil. Ils devront également verser 1.800 euros de dommages et intérêts à leur victime.

Une tentative d’escroquerie au rétroviseur

Les faits, rapportés par L’Indépendant, se sont déroulés le samedi 21 novembre sur le parking de la zone commerciale de la commune de Claira, près de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. Le gendarme, au repos et en civil, fait ses courses avec sa campagne.

Le couple vient de garer sa voiture quand il est abordé par deux individus qui lui reprochent d’avoir abîmé la portière de leur véhicule et leur réclament un dédommagement. Le militaire, qui explique qu’il n’a commis aucune dégradation, soupçonne immédiatement une tentative d’escroquerie au rétroviseur. Une technique bien connue des forces de l’ordre consistant à extorquer une somme d’argent en liquide sous un prétexte fallacieux.

“Pour un gendarme, se faire agresser au titre de sa qualité, n’est pas neutre”

Le gendarme de 24 ans décline alors son identité. Mais, au lieu d’apaiser la tension, cette révélation va envenimer la situation. Les deux individus finissent par frapper le militaire à coups de poings avant de prendre la fuite. Ce dernier s’en sort avec un visage tuméfié et une dent cassée. Il a cependant le réflexe de relever des éléments utiles qui conduiront à identifier les suspects. Domiciliés dans le secteur et inconnus des services de police et de gendarmerie, il seront interpellés dès le lendemain.

Lire aussi: Deux gendarmes grièvement blessés après le refus d’obtempérer d’un automobiliste dans le Gard

Pour un gendarme se faire agresser au titre de sa qualité n’est pas du tout neutre. Dans ce cas, l’institution doit tout de suite réagir et c’est ce que nous avons fait car c’est important pour la victime“, s’est félicité le colonel Guillaume Poumeau de Lafforest, commandant du groupement de gendarmerie des Pyrénées-Orientales, sur France 3 Occitanie.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. DRAILLET

    Que douze mois de prison avec sursis, c’est bien peu, nous avons une justice très clémente en FRANCE !!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.