lundi 21 septembre 2020
Accueil / L'actualité Occitanie / Ours dans les Pyrénées : les gendarmes enquêtent après l’agression de quatre agents publics en Ariège
Ours
Ours ( Photo d'illustration Pexel)

Ours dans les Pyrénées : les gendarmes enquêtent après l’agression de quatre agents publics en Ariège

Ours
Ours ( Photo d’illustration Pexel)

Une enquête judiciaire a été ouverte pour “violences avec armes” après l’agression le vendredi 25 août de quatre agents publics venus expertiser les dommages commis par l’ours en Ariège. Elle a été confiée au groupement de gendarmerie de l’Ariège.

Une cinquantaine de coups de feu” avaient été tirés sur les crêtes, sans faire de blessé, alors que quatre agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) progressaient dans la montagne, “manifestement pour les intimider“, a indiqué à l’AFP Karline Bouisset, procureur de la République.

Cette agression, qualifiée de “violences avec armes” selon le parquet, a eu lieu le 25 août sur une estive de la commune d’Auzat, frontalière de l’Espagne et d’Andorre.”Une trentaine de personnes agressives” attendaient les agents, proférant des “propos menaçants” dans un “climat d’hostilité“, a ajouté Mme Bouisset, précisant que les quatre pneus de leur véhicule de fonction avaient été en outre crevés.

L’enquête, confiée au groupement de gendarmerie de l’Ariège, a été ouverte en début de semaine pour “violences avec armes, outrage, menaces sur personnes chargées d’une mission de service public et dégradations d’un bien d’utilité publique“, a-t-elle ajouté.

Si les infractions sont caractérisées, on engagera des poursuites“, a promis la procureur.

Les quatre agents ont porté plainte le 29 août avec “le soutien absolu, affirmé et réaffirmé” de la préfecture de l’Ariège, a indiqué  la préfète Marie Lajus, qui avait temporairement suspendu les expertises “pour marquer le coup et rasséréner” les victimes. L’ONCFS est un établissement public sous la double tutelle du ministère de l’Environnement et de l’Agriculture.

Cette agression était intervenue dans un climat tendu à la suite de la mort depuis la mi-juillet en Ariège de près de 300 brebis, toutes victimes des ours, selon l’Association pour le développement durable de l’identité des Pyrénées (ADDIP), opposée à la réintroduction du plantigrade.

La principale attaque a eu lieu le 20 juillet: 209 brebis d’un groupement pastoral à Couflens, commune située à quelques kilomètres d’Auzat, avaient “déroché“, c’est-à-dire chuté d’un rocher ou d’une falaise, à la suite de l’attaque du troupeau par un ours.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *