mercredi 26 février 2020
Accueil / L'actualité Occitanie / Incendie du peloton d’autoroute de Narbonne : la parole aux gendarmes
Après le saccage du peloton d'Autoroute de Narbonne et de Vinci, des gendarmes montent la garde (capture d'écran France 3)
Après le saccage du peloton d'Autoroute de Narbonne et de Vinci, des gendarmes montent la garde (capture d'écran France 3)

Incendie du peloton d’autoroute de Narbonne : la parole aux gendarmes

Jugée depuis une semaine, l’affaire du saccage du peloton d’autoroute et du péage de Narbonne-Sud (Aude) a pris une nouvelle dimension hier, lundi 16 décembre, avec le témoignage des gendarmes parties civiles.

La journée a été en effet marquée par les récits poignants des gendarmes et de l’ex-commissaire de police Anissa Jalade. Cette nuit du 1er au 2 décembre 2018, ils avaient fait face à une foule déchaînée. La manifestation de Gilets jaunes avait complètement dérapé. Les émeutiers “étaient dans un état de démence totale, du fait de l’alcool et de la drogue. C’était des sauvages“, se remémore à la barre le major Karotsch, commandant du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Narbonne.

Regrets mal digérés

Un an après cette nuit dramatique, les gendarmes digèrent mal les regrets exprimés par certains des prévenus depuis l’ouverture du procès, lundi 9 décembre. “Je les entends depuis le début de l’audience dire qu’ils ont un profond respect pour les forces de l’ordre de leur pays mais je ne comprends pas comment c’est possible. Ils peuvent avoir des regrets, mais ce soir-là, ils savaient exactement ce qu’ils faisaient”, déclare, selon la Dépêche du midi, le lieutenant Soual, responsable du peloton d’autoroute. L’officier se tourne alors vers les 31 prévenus, qui n’ont pas hésité à piller, à vandaliser la Gendarmerie et à se filmer dans nos uniformes”. 

Lire aussi sur L’Essor: Incendie du péage de Narbonne: les regrets des prévenus

Selon le quotidien régional L’Indépendant, Me Romain Bellet, l’un des avocats des gendarmes, a demandé 12.000 euros de réparation pour chacun de ses clients, des gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention. Sébastien Cauneille, qui représente d’autres militaires, a lui demandé 426.000 euros de dommages et intérêts. “Je demande la solidarité pour ces sommes car dans ce genre d’émeutes chaque participant est lié d’une manière ou d’une autre aux délits constatés puisque sans la présence des uns, il n’y pas les actes des autres”, a précisé ce fils d’un ancien gendarme du peloton autoroutier.

Evacuer, un mot inhabituel

Si les demandes des gendarmes chiffrent aussi gros, c’est la suite logique du drame subit ce soir là. A la barre, le sous-officier Garcia évoque se souvient de son côté de l’évacuation. “J’ai été rappelé vers 23h pour évacuer le peloton d’autoroute, explique-t-il. Evacuer, ce n’est pas un terme que l’on a l’habitude d’entendre. Il fallait se dépêcher, se protéger, prendre uniquement le matériel nécessaire. Le tout, dans un chaos indescriptible. Quand l’escadron se retire, il y a un redoublement de la violence “, raconte le colonel Marc Gonnet, commandant du groupement de gendarmerie de l’Aude.

Retranchés dans la caserne de Montplaisir, à quelques kilomètres seulement du peloton d’autoroute saccagé, les gendarmes passeront le reste de cette nuit cauchemardesque à craindre pour leur vie et celle de leurs proches. “Nous ne sommes pas les seuls touchés, il y a aussi nos familles qui vivent dans une caserne de Gendarmerie”, rappelle ainsi le gendarme Jérôme Coussinoux. “On était arrivé à un point de non-retour, une forme de peur pour nos familles. S’ils étaient venus, on n’aurait pas eu d’autres choix que d’utiliser nos armes de service “, renchérit Sébastien Sobczak. Le procès doit se conclure ce vendredi.

2 Commentaires

  1. Lécaille

    Bonjour,

    Je suis toujours extrêmement peiné de voir à quel point nos genndarmes sont de moins en moins respectés dans ce pays. J’ai fait mon service en 1993 en Gendarmerie. J’ai le souvenir que notre adjudant de compagnie nous disait qu’un GA, même en permission, se doit de porter assistance aux gendarmes d’active en mauvaise posture sur leurs terrains d’intervention. Sachez Messieurs les Gendarmes qu’il reste au sein de notre population des personnes qui ne peuvent legalemy que vous apportez un soutien moral dans vos tâches qui deviennent de plus en difficiles à remplir, mais qui ne vous laisserez jamais à vous regardez sans ne rien faire être les victimes de tels agissements odieux et d’une lâcheté sans nom.

    Avec tout mon respect pour nos militaires de la Gendarmerie Nationale.

    • rodeschini

      Vous avez fait preuve de sang froid et de professionnalisme, vous avez droit à toute mon admiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *