samedi 21 septembre 2019
Accueil / L'actualité Occitanie / Un drône de la Gendarmerie pour sécuriser la féria de Nîmes

Un drône de la Gendarmerie pour sécuriser la féria de Nîmes

Le drone NX70 de Novadem. Crédit : Novadem.
Le drone NX70 de Novadem. Crédit : Novadem.

“Sans Précédent”. C’est ainsi qu’a qualifié le préfet du Gard le  dispositif de sécurité déployé pour surveiller la feria de Pentecôte de Nîmes qui débute jeudi, a annoncé mercredi le préfet du Gard Didier Lauga.

Un hélicoptère fera partie du dispositif de sécurité de cette feria mais également, pour la première fois, un drone, a souligné le Colonel Stéphane Lacroix, commandant du groupement de gendarmerie du Gard.

Ce microdrone pesant un kilogramme, doté de deux caméras de haute définition, a vocation à “éclairer
la décision du chef” et à “renseigner les autorités administratives,
judiciaires et policières”, a-t-il expliqué, parlant de “l’une des premières utilisations en France” de ce type d’appareil.
La gendarmerie sera plus particulièrement chargée de la sécurité routière:
Personne ne quittera la ville sans être contrôlé“, a assuré le colonel Lacroix.

L’annulation avait été envisagée

Lors d’une conférence de presse, M. Lauga a assuré que l’annulation de cet évènement hors norme avait été envisagée en raison de la présence d’un “risque terroriste qui n’a jamais été aussi élevé depuis le début de l’état d’urgence”, notamment après l’attentat de Manchester, en Grande-Bretagne.
On essaie de maintenir cette belle tradition malgré le contexte“, a-t-il expliqué.
La feria est maintenue de jeudi à lundi mais nécessitera le déploiement de centaines de membres des forces de l’ordre, dont une centaine de gendarmes,et, également, a détaillé Jean-Pierre Sola, qui dirige la DDSP Gard, des effectifs spécialisés dotés d’armements lourds en cas de nécessité de riposte antiterroriste.
Outre un niveau de risque “maximal” au plan national, le préfet a tenu à rappeler que “la menace existe bien dans le département (du Gard) qui est un des plus radicalisés de France”.

Risque terroriste et risque anticorrida

Adjoint au maire de Nîmes chargé de la sécurité, Richard Tiberino a de son côté parlé de 70 policiers municipaux mobilisés chaque jour et 250 agents de sécurité privée.
Il a parlé du “risque terroriste” et du “risque anticorrida”.
Une zone de fête “complètement hermétique” sera mise en place avec neuf points d’entrée et sortie contrôlés.
Du côté de la justice, le dispositif sera “renforcé” avec un “doublement des effectifs”, a expliqué le procureur de la République de Nîmes Eric Maurel.
Un magistrat du parquet “sera dans les arènes dans l’éventualité où certains souhaiteraient perturber le déroulement des corridas”, a-t-il souligné.
“Il n’y a pas de manifestation déclarée mais les autorités s’attendent à des actions “conséquentes“, de mouvements anticorrida, a assuré le préfet.

A voir également

Ouvéa (Nouvelle-Calédonie) : des gendarmes agressés, une sous-officière sérieusement blessée

Trois gendarmes de la brigade de Fayaoué ont été agressés à Ouvéa lundi dernier par des individus qui voulaient en découdre avec d'autres. Ils se sont déchaînés sur une adjudante-chef qui a été sérieusement blessée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *