jeudi 24 septembre 2020
Accueil / L'actualité Occitanie / Collision de Millas : la conductrice du car mise en examen
Passage à niveaux
La barrière du passage à niveaux était-elle baissée ou levée ? (Illustration).

Collision de Millas : la conductrice du car mise en examen

 La conductrice du car scolaire entré en collision le 14 décembre avec un train à Millas (Pyrénées-Orientales), tuant six collégiens, a été mise en examen pour homicides et blessures involontaires, a-t-on appris mercredi auprès du parquet.
Cette quadragénaire, mère de famille, a été “placée sous contrôle judiciaire avec notamment l’interdiction de conduire”, a précisé le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux.

Mise en place du laser scanner sur le véhicule afin de numériser la scène d’accident avec une précision centimétrique (Photo/Gendarmerie).

Le parquet a requis son placement sous contrôle judiciaire et “l’interdiction de conduire tout véhicule ».

Cette quadragénaire, mère de famille, a été entendue mercredi matin sous le régime de la garde à vue. Suite à son interrogatoire, le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux, a décidé d’ouvrir une information judiciaire pour “homicides et blessures involontaires”.

Lire aussi sur L’EssorDrame de Millas, le point sur l’enquête

L’enquête est désormais confiée à deux magistrats instructeurs du pôle accidents collectifs de Marseille.

Blessée lors de la catastrophe, la conductrice avait déjà été entendue brièvement au lendemain du drame et avait assuré que les barrières du passage à niveau étaient levées lors de l’accident. Mais les “constatations matérielles” vont “plutôt dans le sens d’une barrière (du passage à niveau) fermée”, avait indiqué mardi le procureur de Marseille.

Le conducteur du TER assure, lui aussi, que les barrières étaient fermées. A 16H03, le 14 décembre, le car de ramassage scolaire, avec à son bord 23 collégiens, avait été percuté à un passage à niveau à Millas par un TER qui roulait à 75 km/h, pour une vitesse autorisée de 100 km/h.

Parallèlement aux avancées de l’enquête, l’heure est au deuil dans le village de Saint-Féliu-d’Avall, où une chapelle ardente a été aménagée mercredi pour les six enfants morts.

Avec AFP

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *