dimanche 29 mars 2020
Accueil / L'actualité Occitanie / Cambriolage de Servian : 100.000 € retrouvés chez un proche du couple
Section de recherches (Photo d'illustration S.D L'Essor)
Illustration (SD/L'Essor).

Cambriolage de Servian : 100.000 € retrouvés chez un proche du couple

Près de 100.000 euros en espèces ont été retrouvés chez un proche du couple dont le domicile avait été visé par un cambriolage mortel le 5 octobre 2017 à Servian (Hérault), a indiqué mercredi le procureur de la République de Béziers Yvon Calvet.

Cette somme en espèces, que les enquêteurs de la Section de recherche de la gendarmerie de Montpellier cherchaient à localiser, a été retrouvée la semaine dernière à Aubais (Gard) dans la propriété de Richard Llop, mis en examen et écroué fin novembre pour “complicité de tentative de vol avec arme“, a précisé M. Calvet.

Le procureur a parlé d’un “nouveau rebondissement” dans une “affaire très mystérieuse”, la raison de la dissimulation de cet argent et son lien avec le cambriolage restant à établir.

Lire aussi sur L’Essor : Hérault : le complice présumé d’un cambrioleur tué lors d’un vol interpellé par les gendarmes

Le 5 octobre dernier, Daniel Malgouyres, le propriétaire des Jardins de Saint-Adrien, un domaine de 4 hectares à Servian, avait tué d’un coup de fusil un des deux hommes venus cambrioler le domaine et qui les avaient frappés, son épouse Françoise et lui. Plaidant la “légitime défense“, M. Malgouyres avait dans un premier temps été mis en examen pour “meurtre” et laissé libre sous contrôle judiciaire.

Mais Richard Bruno, le second voleur, arrêté à Perpignan et mis en examen mi octobre, l’avait accusé d’avoir organisé le cambriolage. M. Malgouyres avait alors été mis en examen et écroué le 20 octobre pour complicité de tentative de vol. Mais mi-décembre, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Montpellier avait souligné qu’en droit français il ne pouvait y avoir de vol entre époux, tout en le maintenant en détention.

Le 29 novembre, le père du voleur resté en vie, Jean-Pierre Bruno, 77 ans, éleveur de chevaux à la retraite à Aimargues (Gard) et son ami Richard Llop étaient tous les deux mis en examen et écroués pour “complicité de tentative de vol avec arme” et “participation à une association de malfaiteurs en vue de préparer un crime“.

Après la découverte des 100.000 euros dans la propriété de M. Llop, qui donnait notamment des cours d’équitation à Françoise Malgouyres, plusieurs protagonistes de cette affaire doivent à nouveau être entendus. L’enquête aux multiples rebondissements se déroule sur fond de séparation tumultueuse du couple, qui se déchire depuis des mois.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *