mercredi 11 décembre 2019
Accueil / L'actualité Nouvelle Aquitaine / Mont-de-Marsan : deux à trois mois de prison avec sursis pour trois gendarmes
Trois gendarmes condamnés à Mont-de-Marsan (Illustration (AV/L'Essor).
Trois gendarmes condamnés à Mont-de-Marsan (Illustration (AV/L'Essor).

Mont-de-Marsan : deux à trois mois de prison avec sursis pour trois gendarmes

Mardi, le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan a condamné trois gendarmes à des peines de deux à trois mois de prison avec sursis. L’ex-commandant de brigade de gendarmerie de Mimizan (Landes) et deux de ses adjoints étaient poursuivis notamment pour “violences, détention de stupéfiants, faux en écriture ou escroquerie”.

Les faits reprochés remontent à une période comprise entre 2017 et 2019. C’est le signalement d’un gendarme de la brigade qui a permis de déclencher une enquête administrative. Il était “amer” après s’être vu notifier un refus de mutation.

17 chefs de prévention

L’enquête administrative a cependant démontré que “la majeure partie des faits reprochés n’est pas établie”, a expliqué Guillaume Cotelle, le président du tribunal, lors de l’audience. “Il n’y a pas d’intention personnelle blâmable”, a-t-il ajouté.

Aujourd’hui à la retraite, l’ancien commandant a été le plus lourdement sanctionné. Trois délits, sur un total de 17 chefs de prévention, ont été finalement retenus contre lui. Il a écopé de trois mois de prison avec sursis pour une escroquerie à l’assurance pour un montant de 210 euros, pour un faux en écriture sur un procès-verbal d’alcoolémie d’un indicateur, basculé de délit à simple contravention, et pour le fait d’avoir mis de l’alcool à brûler dans la gourde d’un homme venant régulièrement en cellule de dégrisement.

Ils encouraient jusqu’à dix ans de prison

Ses deux adjoints ont écopé de deux mois de prison avec sursis. Le premier a fait valoir ses droits à la retraite. Il est condamné pour “violation du secret professionnel et violences” envers un homme dans la brigade. Le second, muté depuis les faits, pour avoir signé des procès-verbaux alors qu’il n’était pas sur place pour les constatations d’usage.

Lire aussi sur L’Essor : Un ex-gendarme condamné pour harcèlement et agressions sexuelles sur des collègues femmes

 “La devise de la gendarmerie c’est pour la patrie, l’honneur et le droit et les deux derniers ont été écornés dans le fonctionnement quotidien de cette brigade“, a estimé le procureur Olivier Janson, rapporte Le Parisien. Les trois hommes, âgés de 46 à 49 ans, encouraient jusqu’à 10 ans de prison. 

A voir également

Un gendarme du peloton motorisé d’Agen blessé au bras par un tir de fusil de chasse

Un gendarme du peloton motorisé d’Agen a été blessé par un tir de fusil de chasse. Le tireur s’est ensuite suicidé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *