lundi 23 novembre 2020
Accueil / A la Une / Le gendarme blessé en Gironde lors d’un contrôle est décédé

Le gendarme blessé en Gironde lors d’un contrôle est décédé

Le gendarme blessé dimanche lors d’un contrôle de vitesse à Salles (Gironde), au sud de Bordeaux, est, hélas, décédé. Il a succombé à ses blessures a annoncé la Gendarmerie. C’est le deuxième mort en trois jours après le décès d’un motocycliste dans les Deux-Sèvres.

Le mineur âgé de 15 ans qui l’a percuté avait été placé en garde à vue pour “tentative de meurtre aggravée”, a annoncé lundi le parquet de Bordeaux. Il devrait être désormais poursuivi pour “meurtre aggravé”.

“Il y a eu un refus d’obtempérer à l’interception d’une personne sur une moto de cross. Cette personne, un adolescent de 15 ans, a percuté le gendarme”, avait expliqué la gendarmerie peu après le drame.

Cet adjudant de la brigade de Belin-Beliet (Gironde) était accompagné de trois autres gendarmes, et était chargée de tenir le radar destiné à mesurer la vitesse des usagers de cette route départementale de Salles.

L’enquête en cours, confiée aux gendarmes de la brigade de recherches d’Arcachon, doit notamment établir si le cyclomoteur de 50 cm3 utilisé par l’adolescent “était homologué pour circuler sur route“. Elle doit aussi “déterminer les conditions précises dans lesquelles les faits sont survenus (conditions atmosphériques, visibilité, vitesses, trajectoires, positionnement des protagonistes, auditions de témoins…)”, selon le parquet de Bordeaux.

Entré en Gendarmerie en 1991 comme gendarme auxiliaire au Centre national d’entraînement des forces de Gendarmerie (CNEFG) à Saint-Astier (Dordogne), David Lannes avait intégré le Psig de Toulouse Mirail en 1992. Après deux années de scolarité à l’Ecole des sous-officiers de Gendarmerie de Montluçon (Allier), il avait rejoint la Garde républicaine. Il y demeurera jusqu’en 1999. A cette date, il intègre la brigade de La Loupe (Eure-et-Loire) puis celle de Brannes (Gironde). Un article de Sud-Ouest publié en 2013 annonçait son affectation dans sa dernière unité à l’occasion de la présentation des nouveaux effectifs de la communauté de brigades.

En 2017, huit militaires de la gendarmerie sont morts dans l’exercice de  leurs missions, selon des chiffres du ministère de l’Intérieur.

Avec AFP

Gérard Collomb fait part de son immense tristesse

M. Gérard Collomb, ministre d’Etat, ministre de l’intérieur, fait part de son immense tristesse après le décès d’un sous-officier de gendarmerie de la brigade de Belin-Beliet (33), dans l’exercice de ses fonctions. Dimanche 4 février, alors qu’il participait à un service de contrôle routier, il a été violemment percuté par un cyclomotoriste qui n’a pas obtempéré à son ordre d’arrêt.

Très grièvement blessé, le sous-officier était héliporté à l’hôpital Pellegrin de Bordeaux , où il succombait à ses blessures ce lundi 5 février. Agé de 46 ans, il était marié et père de 3 enfants. Légèrement blessé, le motocycliste mis en cause a été placé en garde à vue par la brigade de recherches d’Arcachon  sous le contrôle de l’autorité judiciaire. Il devra répondre de cet acte devant la justice.

M. Gérard Collomb salue la mémoire de cet adjudant de gendarmerie très expérimenté, qui a consacré sa vie professionnelle à la protection de nos concitoyens. Il “adresse ses plus sincères condoléances à sa famille, à ses proches, à ses camarades, et tout spécialement au gendarme qui l’accompagnait et à l’ensemble de la brigade de Belin-Beliet”. Ce drame vient endeuiller la Gendarmerie nationale une deuxième fois en trois jours, après le décès d’un gendarme motocycliste, samedi 3 février dans les Deux-Sèvres, et témoigne de l’engagement des militaires de la Gendarmerie au profit de la protection des populations. Ils méritent, à ce titre, le respect et la gratitude de la Nation.

Crowdfunding campaign banner

5 Commentaires

  1. LECAPLAIN JEAN PIERRE

    C’est avec une profonde tristesse que je présente Toute mes condoléances à sa famille, collègues, et amis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.