lundi 26 octobre 2020
Accueil / L'actualité Nouvelle Aquitaine / Braquage en Dordogne : neuf interpellations, 120 gendarmes et policiers mobilisés
Photo d'illustration (GIGN).
Photo d'illustration (GIGN).

Braquage en Dordogne : neuf interpellations, 120 gendarmes et policiers mobilisés

Neuf personnes, soupçonnées d’être liées à un violent braquage au cours duquel une femme et ses deux enfants avaient été séquestrés à leur domicile près de Périgueux, ont été interpellées dans plusieurs départements et cinq d’entre elles mises en examen. L’opération a mobilisé 120 gendarmes et policiers ainsi que le GIGN en raison de l’extrême dangerosité de certains des braqueurs.
Les faits s’étaient déroulés dans la nuit du 2 au 3 novembre sur la commune de Champcevinel (Dordogne), à quelques kilomètres de Périgueux. Trois hommes cagoulés et armés avaient fait irruption dans une résidence cossue où se trouvaient cette femme avec ses deux enfants en bas âge.
Les suspects “tentent en vain de fracturer un coffre-fort se trouvant dans la maison. Au bout d’une trentaine de minutes, ils quittent les lieux en emportant plusieurs armes de chasse et une dizaine de montres de luxe“, précise le parquet de Périgueux.
Prévenus par le mari, les gendarmes de la compagnie de Périgueux ont réalisé les premières constatations  et investigations avec le renfort de leurs collègues de la section de recherches de Bordeaux.
Le 6 février, neuf personnes – sept hommes et deux femmes – ont été interpellées non seulement en Dordogne, mais aussi dans plusieurs départements de la région parisienne (Val-de-Marne, Seine-et-Marne, Essonne, Yvelines) ainsi qu’en Eure-et-Loir, Ille-et-Vilaine et dans les Pyrénées-Atlantiques.
Le coup de filet a été réalisé par les enquêteurs de la section de recherches de Bordeaux, appuyés par le groupement de Gendarmerie de Dordogne.
Au total, 120 gendarmes et policiers ont été mobilisés, dont des membres du GIGN, “compte tenu de la dangerosité de certains mis en cause et de leur lourd passé judiciaire“. Certains ont déjà été condamnés à des peines allant jusqu’à quinze ans de réclusion, notamment pour des braquages.
Renseignés par des individus résidant en Dordogne, les agresseurs originaires des cités sensibles de la région parisienne, ont fait le
déplacement dans la petite bourgade de Champcevinel pour passer à l’action. Plusieurs complices ont aidé à la préparation de l’agression et à l’écoulement du butin“, précise le parquet.
Cinq membres du réseau ont été mis en examen pour “séquestration, extorsion commise avec la menace d’une arme et complicité d’extorsion“. Deux d’entre eux ont été écroués et trois autres ont été placés sous contrôle judiciaire. Quatre autres personnes sont convoquées en vue d’une éventuelle mise en examen, selon le parquet.
Avec AFP
Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.