lundi 28 septembre 2020
Accueil / L'actualité Normandie / Son client lui tire une balle dans la tête : le chauffeur de taxi d’Evreux échappe miraculeusement à la mort
Un gendarme du GIGN s'exerce au tir.
Exercice de tir au GIGN. (Photo d'illustration D.D L'Essor).

Son client lui tire une balle dans la tête : le chauffeur de taxi d’Evreux échappe miraculeusement à la mort

“Je suis un miraculé”, répète Pascal Bocquet, 54 ans, un chauffeur de taxi d’Evreux (Eure), qui a survécu à une balle tirée dans la tête par un client et à la violente collision de sa voiture contre un arbre qui en a résulté.

Les faits se sont produits il y a un mois et demi, mais ils n’ont été révélés que tout récemment par le quotidien Paris Normandie, quand le client, originaire de la région parisienne, a été appréhendé et écroué après une longue enquête:

Samedi 10 décembre, en soirée, un jeune homme de 20 ans, bien habillé, arrive à la gare d’Evreux et prend un taxi pour Ivry-la-Bataille, à moins de 40 km, pour se rendre à un mariage.

Le chauffeur de taxi lui dit que la course lui coûtera environ 75 euros, ce que le client accepte. Pendant le trajet les deux hommes discutent aimablement mais arrivé à destination, le client sort un pistolet de calibre 6,35 mm, tire sur le conducteur et saute du véhicule. Touché à la tête, M. Bocquet perd le contrôle de son taxi, une Mercedes automatique, qui termine sa course contre un arbre, sectionné par la violence du choc.

Le siège du groupement de la gendarmerie de l'Eure à Evreux (Photo S.D / L'Essor).
Le siège du groupement de la gendarmerie de l’Eure à Evreux (Photo d’illustration S.D / L’Essor).

“Il ne m’a rien dit, même pas qu’il ne pouvait pas payer”, raconte à l’AFP M. Bocquet. “Il a avoué aux enquêteurs qu’il n’avait pas suffisamment d’argent pour payer à la fois le taxi et la chambre d’hôtel”, a indiqué à l’AFP le commandant du groupement de gendarmerie de l’Eure, Emmanuel Valot. “Sa froideur pendant l’interrogatoire laisse pantois”, a-t-il ajouté.

Connu des services de police uniquement pour un port d’arme prohibée, il a été appréhendé à Houilles (Yvelines) par des hommes du GIGN, l’unité d’élite de la gendarmerie.

Déféré au parquet d’Evreux au cours du week-end, mis en examen pour tentative d’homicide, le tireur a été écroué. “Je ne comprends pas comment on peut risquer 20 à 30 ans de prison pour 75 euros”, s’interroge M. Bocquet. Transporté à l’hôpital militaire de Percy à Clamart (Hauts-de-seine), le conducteur du taxi a déjà subi deux grosses opérations de 5 et 6 heures de reconstruction faciale. La balle, logée entre le rocher et l’oreille droite, ne peut être extraite sans risque. “Normalement, d’après les médecins, je devais y passer ou rester paralysé”, témoigne M. Bocquet qui compte bien reprendre son métier en mars, après une troisième opération en février.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *