mardi 17 septembre 2019
Accueil / L'actualité Normandie / Seine-Maritime : un cadavre enterré dans la cour de la pizzeria
Le Palais de justice de Dieppe (Photo d'illustration/L'Essor).

Seine-Maritime : un cadavre enterré dans la cour de la pizzeria

Le procureur de la République de Dieppe Yves Duppas a requis jeudi la mise en examen pour homicide volontaire et le placement en détention d’un gérant d’une pizzeria du Tréport (Seine-Maritime), soupçonné du meurtre d’un homme dont le corps a été retrouvé enterré dans sa cour. Les premières investigations ont été menées par les gendarmes de la brigade des recherches de Dieppe précise le site Actu.fr.

La disparition de Cédric Belgueul, 37 ans, avait été signalée par un proche le 13 mars dernier. Il est ressorti de l’enquête de la gendarmerie que l’homme n’avait donné aucun signe de vie depuis le 1er mars. “Il n’y avait pas manifestement d’intention suicidaire ni de motif à s’éloigner de la ville du Tréport“, a expliqué le procureur qui a ouvert le 19 juin une information judiciaire pour disparition inquiétante.

Finalement c’est le gérant de 28 ans d’une pizzéria du Tréport, le dernier endroit fréquenté par le disparu, qui s’est présenté de lui-même mardi en fin d’après-midi au commissariat de Dieppe “en s’accusant du crime commis sur M. Belgueul dans sa pizzeria le 1er mars 2017“, a relaté M. Duppas.

Il a donné un certain nombre d’indications qui nous ont permis de retrouver le corps enterré sous un massif floral qui se trouve dans la cour arrière de l’établissement, hier en fin de matinée“, a ajouté le procureur.

Lors de sa garde à vue le gérant a décrit “une scène d’extrême violence au cours de laquelle il a porté plusieurs coups à la tête de la victime, des coups de poing, de pied, et à l’aide d’une batte de baseball“.

Puis “il a déclaré lui avoir donné la mort, dans un premier temps en utilisant un couteau pour l’égorger puis en l’asphyxiant avec les mains“, a expliqué M. Duppas.

Le mobile de ce meurtre reste incertain, le mis en cause évoquant un différend qui portait sur un match de football, ou encore le refus du gérant de lui offrir une bière. Les deux hommes se connaissaient mais n’avaient pas eu d’altercation auparavant. Le gérant a été déjà condamné en 2016 pour des faits de violences aggravées, et avait écopé d’une courte peine d’emprisonnement.

A voir également

La cour de la direction générale (Crédit photo: MG/ L'Essor).

Les grands chefs de la Gendarmerie font leur rentrée

L'heure de la rentrée a sonné. Ce jeudi 12 septembre, les commandants de région de la Gendarmerie ont un séminaire de travail à la direction générale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *