mercredi 21 octobre 2020
Accueil / L'actualité Normandie / Calvados : ivre, il menace de “bouffer” la famille de son voisin gendarme
Le palais de justice de Caen (Illustration S.D/L'Essor).
Le palais de justice de Caen (Illustration S.D/L'Essor).

Calvados : ivre, il menace de “bouffer” la famille de son voisin gendarme

Un habitant de Bavent (Calvados) a été condamné jeudi 7 décembre à douze mois de prison dont neuf avec sursis par le tribunal correctionnel de Caen (Calvados) pour avoir menacé de mort un gendarme et sa famille, et pour s’être rebellé lors de son interpellation. Il reprochait au militaire et à ses collègues de ne pas être intervenus assez rapidement après leur avoir signalé un problème sur son parking.

Les magistrats ont également révoqué un sursis de trois mois prononcé en janvier 2014 par le tribunal de Foix (Ariège) à l’encontre d’A.C , 33 ans. L’intérimaire devra se plier à une mise à l’épreuve de deux ans, qui comprend une obligation de soins et une interdiction de fréquenter les débits de boissons.

La mairie de Troarn (Illustration/SD/L’Essor).

Le 31 octobre dernier, le prévenu, conducteur de ligne, avait contacté à plusieurs reprises les gendarmes de la brigade territoriale autonome de Troarn (Calvados), pour se plaindre de voitures mal garées sur le parking de la résidence.

Excédé par les militaires pas assez rapides à son goût, il avait alors menacé “de tuer et de bouffer la femme et les enfants” de son voisin, qu’il savait être adjudant-chef à la brigade.

A leur arrivée sur place, et après avoir alerté leur collègue, les militaires avaient été rapidement pris à partie par le trentenaire, ivre. Celui qui se présente alors comme “le chef de Bavent” est très virulent. Il s’en prend aux “bons à rien” de la gendarmerie et leur rappelle que c’est à eux “de faire le ménage”.

Menotté, il avait ensuite donné plusieurs coups de pied dans le fourgon des militaires, puis dans les murs de la gendarmerie. Présent à la barre, l’intérimaire fait son mea culpa. “Je n’ai rien contre les gendarmes. Après les faits, je leur ai même assuré que je resterai chez moi, sans faire d’histoires”, explique-t-il.

Calva, bières… L’intérimaire le reconnait : il avait consommé quelques verres de trop. “Je dépense la moitié de mon salaire en alcool et cigarettes”, avoue le trentenaire, la tête baissée.

Le procureur lui reproche de n’avoir jamais entrepris la moindre démarche de soins. Pour le parquet, les faits sont “particulièrement graves”. Jean-Pierre Triaulaire requiert un an de prison dont six mois avec sursis. Le magistrat demande au tribunal de lui interdire de paraître à Bavent.

Outre la peine d’emprisonnement, l’intérimaire devra également verser 300 euros de dommages et intérêts à un des gendarmes intervenu le 31 octobre.

Lors de son hospitalisation à Caen, le prévenu s’était jeté sur le gendarme de 24 ans, avant de l’insulter une fois tombé à terre.

BM (PressPepper)

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.