mardi 29 septembre 2020
Accueil / L'actualité Normandie / Après le meurtre d’un demandeur d’asile afghan, un Afghan en garde à vue
Siège du Groupement de gendarmerie de la Manche à Saint-Lô. (Photo S.D/L'Essor).
Siège du Groupement de gendarmerie de la Manche à Saint-Lô. (Photo S.D/L'Essor).

Après le meurtre d’un demandeur d’asile afghan, un Afghan en garde à vue

Un demandeur d’asile afghan âgé d’une vingtaine d’années a été placé en garde à vue mardi après avoir avoué l’homicide la veille d’un compatriote à Avranches dans la Manche.

Le suspect s’est “spontanément déclaré comme l’auteur des coups portés à la victime“, lorsqu’il a été retrouvé lundi par les gendarmes, a déclaré le procureur de la République de Coutances Cyril Lacombe, lors d’une conférence de presse.

L’homme était alors à l’hôpital d’Avranches où il a été opéré de “coupures profondes aux mains, vraisemblablement faites à l’arme blanche“, a ajouté le magistrat. Il a été placé mardi matin en garde à vue où il a “confirmé l’homicide“, a poursuivi M. Lacombe qui lisait un communiqué.

Le corps de la victime, née, comme son agresseur présumé, en 1996, a été retrouvé sans vie dans l’appartement où ce ressortissant afghan vivait avec le suspect, un logement géré par le Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA), selon le parquet. La victime portait deux plaies profondes aux cervicales, une à la gorge et une dans la région du coeur, cette dernière étant vraisemblablement à l’origine du décès, selon la même source. Une autopsie devrait être pratiquée mercredi.

L’alerte a été donnée par le troisième habitant de cet appartement, un Soudanais demandeur d’asile. Le suspect et la victime étaient en situation régulière sur le territoire national, selon le magistrat qui a refusé de répondre aux questions des journalistes, l’enquête n’étant qu’à son début et les “points à éclaircir nombreux“.

La semaine dernière, nous avions une réunion de bilan avec le directeur du CADA, la gendarmerie et tous les acteurs locaux qui sont autour de la structure d’accueil. On n’a pas eu mention de violence entre les résidents eux-mêmes, ni même entre la population et les résidents. Les choses se passent franchement plutôt bien“, a déclaré mardi sur France Bleu Cotentin David Nicolas, le maire d’Avranches, une commune d’environ 7.800 habitants proche du Mont-Saint-Michel.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *