L'Essor

Uniformes en danger manifeste ce samedi à paris

Logo de l'association Uniformes en danger

L’association Uniformes en danger appelle à un rassemblement ce samedi 5 mai sur le parvis des droits de l’homme, place du Trocadéro à Paris.
L’occasion de compter ses troupes pour cette association créée le 1er janvier 2018, dont l’objet est de “soutenir toutes les forces de l’ordre confondues, police municipale, armées, gendarmerie, douanes, pénitentiaire, police nationale, Asp, Asvp (NDLR agent de surveillance de Paris et agent de surveillance de la voie publique) pompiers”.

Cette inventaire à la Prévert vise à combler un manque. Lorsque l’on parle de forces de l’ordre “certains sont souvent oubliés, comme les agents de la Suge de la SNCF, ceux de la sûreté RATP ou encore les agents de surveillance de la voie publique”, explique la présidente d’Uniformes en danger, Cindy Trotot, elle même ASVP à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Avec la vice-présidente de l’association, Christelle Teixeira, ASVP à Grigny (Essonne), elles ont fait partie des Femmes de forces de l’ordre en colère (FFOC) qu’elles ont préféré quitter pour fonder leur propre mouvement.

Lire aussi sur L’Essor : Les femmes des forces de l’ordre et les policiers ont exprimé leur colère dans la rue

Aujourd’hui, Uniformes en danger compte 50 adhérents et 1600 membres de son groupe Facebook. L’association se veut “apolitique et asyndicale”, explique sa présidente qui souhaite éviter d’être marqué de quelque bord que ce soit afin de rassembler largement autour de sa cause. “Nous essayons d’être générales. Les forces de l’ordre veulent un soutien immédiat, quelqu’un qui pense à eux”, estime-t-elle.

Lire aussi sur L’Essor : Emouvante communion républicaine aux Invalides pour le colonel Beltrame

Pour l’instant, l’association se manifeste donc surtout par un soutien moral, concrétisé par des collectes pour déposer des gerbes de fleurs. Elles ont été déposées au commissariat de Champigny-sur-Marne, où une policière a été agressée lors de la Saint-Sylvestre, ainsi qu’à celui de Saint-Denis, où une policière a été accidentellement tuée par un collègue. Lors de l’enterrement d’Arnaud Beltrame à Ferrals-les-Corbières, une gerbe a également été déposée par l’un des membres d’Uniformes en danger.

Exit mobile version