vendredi 4 décembre 2020
Accueil / Société / Défense / 12 ans après l’avoir lancé, MAM visite le Musée de la Gendarmerie
La directrice du Musée de la Gendarmerie, le capitaine Elinor Boularand, fait visiter l'exposition temporaire, à l'ancienne ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, en présence de la vice-présidente de l'agglomération, Renée Wojeik et du commandant de l'EOGN, le général de division Isabelle Guion de Méritens. (M. GUYOT/ESSOR)
La directrice du Musée de la Gendarmerie, le capitaine Elinor Boularand, fait visiter l'exposition temporaire, à l'ancienne ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, en présence de la vice-présidente de l'agglomération, Renée Wojeik et du commandant de l'EOGN, le général de division Isabelle Guion de Méritens. (M. GUYOT/ESSOR)

12 ans après l’avoir lancé, MAM visite le Musée de la Gendarmerie

Douze ans après avoir signé le protocole créant le Musée de la Gendarmerie à Melun, Michèle Alliot-Marie est venue le visiter ce vendredi  7 juillet. En octobre 2005, alors ministre de la Défense, c’est avec la ville de Melun et la communauté d’agglomération de Melun-Val-de-Seine qu’elle avait noué le partenariat financier permettant de lancer les travaux.

C’est à l’invitation de la directrice du Musée, le capitaine Elinor Boularand, que Michèle Alliot-Marie, aujourd’hui députée européenne, a répondu. Le général de division Isabelle Guion de Méritens, commandant l’école des officiers de la Gendarmerie l’a accueillie avec Renée Wojeik, vice-présidente de la communauté d’agglomération, qui avait suivi le dossier du Musée.

L’ancienne ministre a ensuite visité le Musée avec les explications du capitaine Boularand, qui a obtenu, cette année, le titre de conservateur. Entrée en Gendarmerie comme aspirante, le capitaine Boularand a mentionné le dispositif Armées-jeunesse, qui lui avait permis de découvrir la Gendarmerie en début de carrière. Michèle Alliot-Marie a rappelé en souriant que c’était elle qui avait imaginé ce dispositif.

A l’issue de cette visite, l’ancienne ministre de la Défense a salué le travail de la directrice du Musée qui « en a fait quelque chose d’extrêmement pédagogique ».

17,4 millions d’euros de travaux

L’ex ministre de la Défense a pu mesurer le chemin parcouru depuis 2005.  Les travaux, qui se sont déroulés de mai 2013 à octobre 2015 ont en effet été importants. D’un montant de 17,4 millions d’euros, ils avaient été financés par la communauté d’agglomération pour la plus grande partie. Les dépenses de fonctionnement du Musée sont prises en charge par la Gendarmerie.

Le bâtiment qui accueille le Musée a été entièrement rénové et  « sorti » de l’EOGN. Il n’était en effet pas possible d’accueillir des visiteurs au sein d’une école militaire. Le bâtiment est donc à l’extérieur de l’enceinte de la caserne, et fait office de passerelle entre les milieux civil et militaire.

45 000 visiteurs depuis la création

En 2011, le Musée a obtenu l’appellation « Musée de France », gage de la rigueur scientifique de sa démarche. Il compte 30 000 pièces de collection et a accueilli 45 000 personnes depuis son ouverture. Il propose une collection permanente retraçant l’histoire de la Gendarmerie et des expositions temporaires.

Matthieu GUYOT

 

Chronologie

1946 Création  du Musée au sein de l’EOGN

2005 Signature du protocole entre le ministère de la Défense, la ville de Melun et la communauté d’agglomération Melun-Val- de- Seine

2011 Le Musée de la gendarmerie obtient l’appelation Musée de France

2015 Ouverture au public

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Niout

    Pour ne pas offusquer des personnels “féministes” ne dit on pas “La” Générale de Division…!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.