mercredi 21 août 2019
Accueil / L'actualité Île-de-France / Magny-en-Vexin: le projet de nouvelle gendarmerie enfin débloqué ?
La nouvelle caserne de Magny en Vexin doit être construite rue de Mantes (Photo : Flickr).
La nouvelle caserne de Magny en Vexin doit être construite rue de Mantes (Photo : Flickr).

Magny-en-Vexin: le projet de nouvelle gendarmerie enfin débloqué ?

Le projet de nouvelle caserne de gendarmerie à Magny-en-Vexin va-t-il enfin voir le jour ? Si l’on en en croit nos confrères du Parisien, le dossier est en tout cas en passe d’être débloqué. Mais que de temps perdu !

Rappel des faits. En 2016, la municipalité cède, pour un euro symbolique, une parcelle pour construire le futur bâtiment à la communauté de communes de Vexin-Val de Seine. Installée rue de Crosne, dans un bâtiment vétuste du centre-ville, la brigade de gendarmerie espère ainsi disposer rapidement de locaux modernes, mieux adaptés à ses missions.

Un recours devant le tribunal

Mais, très vite, il s’avère que la commune n’est pas propriétaire de ce terrain situé à côté de la caserne des pompiers, route de Mantes. De fait, il appartient toujours légalement à l’association les Templiers à laquelle la commune l’a cédé en octobre 2003. Elle devait y aménager un centre d’aide par le travail. Ce projet n’ayant pas vu le jour dans les cinq ans impartis, la cession est devenue caduque en 2008. La commune pensait donc avoir récupéré son terrain. Mais l’association en question ayant été dissoute et ses anciens dirigeants s’étant volatilisés dans la nature, cette rétrocession n’a jamais pu être formalisée. Conséquence, la ville n’a eu d’autre solution que la voie judiciaire pour récupérer légalement sa propriété.

Lire aussi sur L’Essor : Pose de la première pierre de la future gendarmerie d’Ennery

D’où le retard pris dans ce dossier qui devrait connaître un épilogue heureux en septembre puisque le tribunal administratif doit se prononcer. Il devrait rendre le fameux terrain à la municipalité… qui pourra alors le céder à nouveau à la communauté de communes. Il était temps : cette dernière a déjà dépensé plus de 25 000 euros en études de construction.

A voir également

La 496ème promotion de Chaumont honore Georges Guillaume, un gendarme fusillé en 1944

La 496ème promotion de l'école de Gendarmerie de Chaumont, dernière de l'année 2019, a été baptisée. Elle honore le gendarme Georges Guillaume, fusillé en 1944.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *