mardi 29 septembre 2020
Accueil / L'actualité Île-de-France / Fausses alertes : par vengeance, trois jeunes appellent 250 fois les gendarmes
Photo d'illustration (S.D L'Essor).

Fausses alertes : par vengeance, trois jeunes appellent 250 fois les gendarmes

Ils avaient appelé 250 fois les gendarmes du CORG de Melun et la brigade de La Ferté-sous-Jouarre pour de fausses alertes, inventant homicides et agressions pour se “venger” d’une famille: un jeune de Seine-et-Marne a été condamné à du sursis et deux autres ont été mis en examen, a-t-on appris jeudi auprès de la gendarmerie.

L’un d’eux, un jeune majeur, a été condamné mercredi à huit mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve, assorti d’obligations, ainsi qu’à une amende de 3.550 euros. Présentés à un juge des enfants, les deux autres, mineurs, ont été mis en examen.

Interpellés lundi, ils avaient tous les trois reconnu les faits.  Entre le 31 mars et le 20 mai derniers, les jeunes avaient appelé 250 fois les gendarmes de Seine-et-Marne pour dénoncer de fausses “infractions graves“.

Les investigations numériques réalisées par les brigades de recherches de Castelnau-le-Lez (13) et de Coulommiers, avec l’appui du centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) de la gendarmerie” ont permis d’identifier les auteurs précisent les militaires sur leur page Facebook.

Évoquant tantôt un “meurtre“, un “infanticide” ou une “rixe“, les auteurs de ce mauvais canular “sollicitaient des interventions
urgentes” au domicile d'”un même particulier“, ont ajouté les gendarmes.

Les jeunes ont dit agir par “vengeance” envers une famille avec laquelle ils étaient en conflit.

En mars, ils avaient aussi appelé des gendarmes de Montpellier en “menaçant de commettre un attentat sur la place de la Comédie et dans un centre commercial“, a détaillé la gendarmerie.

Ce type de canular téléphonique baptisé “swatting“, tire son nom du service de police Swat (équivalent américain du GIGN). Il consiste à faire déplacer les unités d’intervention pour une fausse urgence.

Avec AFP

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *