jeudi 21 mars 2019
Accueil / L'actualité Île-de-France / CRS ancien gendarme mortellement fauché : le chauffard écroué

CRS ancien gendarme mortellement fauché : le chauffard écroué

Il a violemment percuté sa victime, l’a traînée sur plusieurs mètres avant de lui rouler dessus et de prendre la fuite: le conducteur qui a tué un joggeur – un CRS en civil et ancien gendarme adjoint volontaire – lundi près de Massy (Essonne), a été écroué, a annoncé samedi le parquet d’Évry.
Le chauffard, âgé de 21 ans, a été mis en examen pour “homicide involontaire” avec les circonstances aggravantes de “mise en danger délibérée” et “délit de fuite”.
Le juge d’instruction n’a donc pas suivi le parquet qui avait ouvert une information judiciaire pour “violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner”.
Le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl a salué dans un communiqué “la mémoire d’un jeune serviteur de l’État”, âgé de 26 ans, et a félicité “le mobilisation des services” qui a permis de mener “rapidement à la localisation et à l’interpellation de l’auteur”.

Jérémy, ancien gendarme adjoint volontaire devait réintégrer la gendarmerie par le biais de la passerelle en mai prochain.
Connu des services de police mais sans casier judiciaire, le conducteur s’était rendu jeudi à la Sûreté départementale de l’Essonne, qui le pistait depuis deux jours. Sa voiture, une petite citadine grise qu’il louait, avait été rapidement retrouvée dans un box à Massy.
Les nombreux témoins, qui ont estimé la vitesse du chauffard à “au moins 80
km/h” selon une source proche du dossier, sur une portion limitée à 50 km/h, ont rapporté aux policiers un scénario glaçant.
“La victime s’est encastrée dans le pare-brise, le chauffeur l’a traînée sur plus de quarante mètres puis a donné des coups d’accélérateur pour le décrocher avant de lui rouler dessus” et prendre la fuite, a expliqué une source policière.
En garde à vue, le fuyard “a prétendu avoir freiné” malgré “l’absence de traces de freinage sur la route”, selon la même source.
Le jeune policier est décédé sur place, peu après l’arrivée des secours.

Une collecte a été lancée pour la famille de ce jeune homme.

 

A voir également

Lors de sa passation de commandement à son départ du GIGN, le général Hubert Bonneau (à droite) passe les troues en revue avec le directeur général, le général Lizurey (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Hubert Bonneau, ex-chef du GIGN mis en cause pour le Bataclan et Dammartin, répond à ses accusateurs

Mis en cause anonymement pour la conduite de l'opération de Dammartin et la non-intervention du groupe au Bataclan, l'ancien patron du GIGN livre sa version des faits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *