lundi 20 mai 2019
Accueil / L'actualité Hauts-de-France / Tuerie de Roye : perpétuité requise pour avoir tué quatre personnes dont un gendarme
Illustration (SD/L'Essor).

Tuerie de Roye : perpétuité requise pour avoir tué quatre personnes dont un gendarme

Version actualisée 

La réclusion criminelle à perpétuité a été requise jeudi à l’encontre de Marcel Ruffet, 73 ans, accusé d’avoir tué à coups de fusil trois membres d’une même famille et un gendarme, dans un camp de gens du voyage à Roye (Somme) en août 2015.

Je requiers la réclusion criminelle à perpétuité parce que sa dangerosité criminelle est intacte (…) et je vous demande de prononcer une peine de sûreté de 15 ans“, a déclaré l’avocat général, Alexandre de Bosschère, devant la cour d’assises de la Somme, lors de son réquisitoire.

Major Laurent Pruvot
Major Laurent Pruvot

Marcel Ruffet est accusé d’avoir, le 25 août 2015, en milieu d’après-midi, ouvert le feu sur une famille dans un camp de gens du voyage à Roye, où il vivait, alors qu’il avait 2,29 g d’alcool dans le sang. Puis, d’avoir tiré sur les forces de l’ordre alertées par les coups de feu.

Bilan : quatre morts, Michel Baumgaertner, 46 ans, sa petite-fille, Lovely, 8 mois, sa belle-fille, Mallaurie, 19 ans, et un gendarme Laurent Pruvot, 44 ans, ainsi que deux blessés graves.

Ce 25 août 2015, “l’enfer ce n’était pas les autres, l’enfer, c’était vous, vous avez incarné un mal sans limite. Parce que vous méprisez leur vie, vous vous êtes autorisés à la prendre“, a lancé à l’accusé l’avocat général. “La question-clé de cette audience a été celle du pourquoi plus que celle des actes commis (…) car on ne dissèque pas l’esprit d’un homme comme on dissèque une scène de crime“, a estimé M. de Bosschère.

Selon lui, le crime de Marcel Ruffet “ne se résume pas à des meurtres les uns après les autres“, mais à “une démarche d’extermination“.

Lors de son procès qui a débuté le 25 avril, Marcel Ruffet, décrit par un expert comme un homme pétri de haine pour les gens du voyage, a plaidé le “coup de sang” survenu après des mois de moqueries et d’injures à son encontre. A partir de là, “j’ai eu un trou noir“, a-t-il dit, estimant qu’il n’était pas dans son “état normal“. Il a aussi affirmé regretter d’avoir tué le gendarme et s’est “excusé” d’avoir tué Mallaurie, et Lovely, mais pas Michel Baumgaertner. Marcel Ruffet “a traversé deux semaines de débats le coeur et l’oeil secs“, a jugé l’avocat général.

A voir également

Photo d'illustration (Crédit photo: John Liu / Flickr).

Vers une nouvelle crise budgétaire dans la Gendarmerie

La Cour des comptes craint une nouvelle crise budgétaire dans la Gendarmerie. Elle craint l'apparition d'un trou financier de plus de 75 millions d'euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !