lundi 27 mai 2019
Accueil / A la une / Picardie : un gendarme interdit d’exercer après avoir consulté les fichiers pour se renseigner sur des femmes
(Photo d'illustration S.D/L'Essor).

Picardie : un gendarme interdit d’exercer après avoir consulté les fichiers pour se renseigner sur des femmes

Un gendarme de la Somme qui est soupçonné d’avoir profité d’enquêtes dont il avait la charge pour consulter des données personnelles sur une dizaine de femmes, dont des ex et des escort girls,  a été jugé ce mardi par le tribunal correctionnel d’Amiens. Le militaire était prévenu de “détournement de données à caractère personnel” et de “faux en écritures publiques”.

La juridiction qui a suivi les réquisitions du parquet a prononcé une interdiction définitive d’exercer le métier de gendarme contre cet adjudant de 48 ans en poste à Abbeville, rapporte  France Bleu Picardie.

Les faits ont duré plus d’un an entre 2017 et 2018 et le sous-officier a procédé au total à 34 réquisitions judiciaires.

Selon le Courrier Picard,  il s’est surtout renseigné sur les escort-girls qu’il fréquentait assidûment à l’époque en consultant le traitement des antécédents judiciaires (TAJ) et le système d’immatriculation des véhicules. Il a aussi adressé à des opérateurs téléphoniques des réquisitions de “fadettes”, les factures détaillées des lignes téléphoniques, avec géolocalisation.

“Une carrière émaillée d’incidents”

C’est un autre gendarme qui a découvert le pot aux roses lors de la mutation de l’adjudant dans un autre service.

Pour justifier son comportement l’adjudant, en arrêt longue maladie, a évoqué le décès de son père, des problèmes de couple avec sa femme, mais surtout sa dépression et la paranoïa qui en a découlé rapporte France Bleu qui ajoute que le militaire “ne cache pas son désir d’en finir avec la Gendarmerie après une carrière longue de 30 ans, émaillée d’incidents avec sa hiérarchie qui lui ont valu plusieurs mutations.” 

A voir également

Gardes républicains dans la cour du palais de l'Elysée (MG/L'ESSOR)

La réforme de la sécurité de l’Elysée inquiète le créateur du GSPR

La future direction de la sécurité de la présidence de la République (DSPR) inquiète le colonel (ER) Alain Le Caro, le créateur du GSPR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !