dimanche 27 septembre 2020
Accueil / L'actualité Hauts-de-France / “Noyés de la Deûle” : trois suspects écroués à Lille, une piste d’extrême droite
Illustration (SD/L'Essor).

“Noyés de la Deûle” : trois suspects écroués à Lille, une piste d’extrême droite

Trois jeunes hommes ont été mis en examen et écroués la semaine dernière, soupçonnés d’avoir pris part au meurtre, aux relents d’extrême droite, de l’un des cinq “noyés de la Deûle” à Lille, une affaire qui avait défrayé la chronique en 2010-2011. Classé sans suite en 2014, le dossier a été rouvert et confié à la section de recherche de la Gendarmerie de Lille.

Les 25 et 26 avril dernier, la SR a interpellé quatre personnes. A l’issue des gardes à vue, trois d’entre elles, âgées de 24 à 28 ans, ont été déférées puis mises en examen pour “violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, en réunion, avec préméditation ou guet-apens et avec arme“.

Entre octobre 2010 et novembre 2011, les corps de cinq personnes, dont quatre hommes âgés de 20, 22, 24 et 27 ans, avaient été repêchés dans le canal de cette rivière bordant la capitale des Flandres. Cette tragique série avait déclenché un vif émoi, l’endroit, jouxtant un parc de verdure, étant très prisé des promeneurs.

Les cinq dossiers avaient fini par être classés sans suite en juillet 2014. Aucune trace de coups n’avait été relevée sur les cadavres et les autopsies avaient conclu à des morts par noyade, notamment après des soirées arrosées.

Des éléments nouveaux ont conduit le parquet de Lille à ouvrir en 2015 une information judiciaire pour les cinq cas, indique-t-on de source judiciaire, confirmant une information de La Voix du Nord.

Selon une source au fait du dossier, ces éléments conduisent, mais pour un seul des cinq décès, à “faire le lien avec un mouvement extrémiste“. “Il s’agirait d’une agression contre un +antifa+ (antifasciste, NDLR), à qui un guet-apens aurait été tendu“.

Trois des quatre personnes interpellées fin avril ont été mises en examen pour “violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, en réunion, avec préméditation ou guet-apens et avec arme“. “Ces qualifications ne concernent que l’un des cinq décès visés dans l’information“, confirme le parquet de Lille. Il s’agirait de celui d’un quadragénaire, les quatre autres victimes ayant toutes une vingtaine d’années.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *