dimanche 27 septembre 2020
Accueil / L'actualité Hauts-de-France / Compiègne: un Noyonnais condamné pour rébellion et outrages sur quatre gendarmes
Le palais de justice de Caen (Illustration S.D/L'Essor).
Le palais de justice de Caen (Illustration S.D/L'Essor).

Compiègne: un Noyonnais condamné pour rébellion et outrages sur quatre gendarmes

Bien connu des forces de l’ordre, un Noyonnais de 24 ans a été condamné ce mercredi par le tribunal correctionnel de Compiègne à 18 mois de prison, dont dix avec sursis. Accusé de rébellion et outrages sur quatre gendarmes, Fethi Djebbar devra par ailleurs les indemniser à hauteur de 300 euros chacun.

“Je vais vous attendre en bas et vous rafaler”

Les faits se sont déroulés au domicile des parents du jeune homme à Passel, dans l’Oise. Dépêchés sur place à cause d’une dispute entre le père et le fils, les gendarmes de Noyon reçoivent rapidement le renfort d’une patrouille du peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie de Compiègne. “On a déjà eu affaire à lui et on sait qu’à chaque fois ça tourne mal”, explique ainsi l’un des militaires à la barre.

De fait, lorsqu’il voit arriver les renforts, l’homme sort de ses gonds: “Je vais retrouver vos adresses, je vais vous attendre en bas et vous rafaler”, lance-t-il aux gendarmes avant de faire mine de s’en prendre à l’un d’eux. Les militaires le maîtrisent alors et l’embarquent dans un véhicule de la Gendarmerie dont il tente de briser la vitre à coups de tête.

Lire aussi sur L’Essor : Perquisition houleuse de La France insoumise: le préjudice du gendarme reconnu

“Où va s’arrêter cette fuite en avant ?”, a interrogé la présidente. Déjà condamné à six mois de prison, dont trois avec sursis en 2016 pour avoir forcé un contrôle de Gendarmerie alors qu’il roulait sans permis, l’homme avait alors reconnu être “malade des nerfs”, selon Le Parisien. Pour son avocate, l’agressivité du jeune homme est due au fait qu’il “subit la violence depuis toujours”. “Depuis que je suis petit, il (son père, NDLR) me contrôle par la violence”, abonde le prévenu qui compte 14 mentions à son casier judiciaire.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *