jeudi 5 décembre 2019
Accueil / L'actualité Guadeloupe / Un délinquant métropolitain tué lors d’une interpellation à la Guadeloupe : le gendarme, auteur des tirs, mis en examen et incarcéré
La prison de Fond Sarail à Baie-Mahault Photo d'illustration (D.C/L'Essor).

Un délinquant métropolitain tué lors d’une interpellation à la Guadeloupe : le gendarme, auteur des tirs, mis en examen et incarcéré

Le 11 mars dernier, le commandant de la brigade de Gendarmerie de Baie-Mahault en Guadeloupe tirait à plusieurs reprises vers le véhicule d’un individu de 35 ans, un métropolitain originaire de Nice, recherché dans le cadre d’une enquête pour cambriolages. L’homme au volant  avait foncé sur les gendarmes pour prendre la fuite. L’individu était mort sur le coup.

Si les premières constatations avaient pu laisser penser que le militaire avait tiré dans le cadre de la légitime défense, l’enquête de Gendarmerie conduite par l’inspection générale de la Gendarmerie a pris un autre tournant comme le relate Guadeloupe 1ère. Le capitaine de gendarmerie, auteur des tirs, a été mis en examen pour homicide volontaire et écroué dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24 mars.

Lire aussi sur L’EssorGuadeloupe : un cambrioleur présumé abattu par un gendarme

L’article précise que sept coups de feu ont été tirés le dimanche 11 mars en direction du Niçois qui avait refusé d’obtempérer. L’homme, défavorablement connu de la justice, était armé mais l’arme a été retrouvée dans la boîte à gant relate encore le journal.

Les investigations se poursuivent. Le journal Nice-Matin  complète, via l’avocat de la veuve de l’homme “au lourd casier judiciaire“, que celle-ci s’est constituée partie civile.

Les faits s’étaient déroulés le soir vers 21 heures dans une station-service où la voiture du cambrioleur présumé, munie de fausses plaques d’immatriculation, avait été repérée. Lors de l’intervention, menée par plusieurs gendarmes, l’individu avait refusé de se faire contrôler et avait foncé sur les militaires pour s’enfuir.

L’homme abattu, âgé de 35 ans, avait été condamné “huit fois à des peines de prison ferme ou du sursis, notamment pour des affaires de stupéfiants, vol, recel, dans le sud”, avait à la presse Xavier Bonhomme, procureur de la République de Pointe-à-Pitre. Le trentenaire avait été condamné pour la dernière fois “à Nice en mars 2016”, et se trouvait par conséquent en Guadeloupe “depuis pas très longtemps ».

L’officier mis en examen est un Saint Cyrien et son affectation en Guadeloupe était son deuxième poste. Il a été suspendu.

Son incarcération a été très commentée au sein de la “communauté Gendarmerie” sur les réseaux sociaux. Selon nos informations, il semble que la justice ait voulu empêché des pressions de l’officier sur ses subordonnés le temps  de l’enquête.

A voir également

Des gendarmes mobiles (Crédit photo MG/L'Essor).

61 escadrons de gendarmerie mobile mobilisés pour les manifestations du 5 décembre

Les gendarmes mobiles vont être à nouveau massivement mobilisés pour la journée de grève du jeudi 5 décembre contre la réforme des retraites.

3 Commentaires

  1. Ce sont toujours les forces de l’ordre qui sont mises en accusation! Et le pire c’est qu’on a incarcéré le Gendarme! Où va t’on? C’est le monde à l’envers…

  2. MARIN, Jean-Michel

    Il faut changer la loi sur la légitime défense des personnes et des biens.

  3. Marcus

    Aux USA, le gendarme aurait été décoré. Posture différente en France où le garant de la sécurité est immédiatement crucifié et jeté en pâture. Je crains qu’il n’y ait plus rien à faire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *