mercredi 24 avril 2019
Accueil / A la une / Vosges : un forcené armé neutralisé en pleine nuit par l’antenne GIGN (Vidéo)
L'antenne GIGN d'Orange (Illustration /JPA/L'Essor)
L'antenne GIGN d'Orange (Illustration /JPA/L'Essor)

Vosges : un forcené armé neutralisé en pleine nuit par l’antenne GIGN (Vidéo)

Dans la nuit du 2 au 3 août, sur la commune de Charmes-sur-Moselle (88), les hommes de l’antenne GIGN (AGIGN) de Dijon ont interpellé en moins de cinq minutes un forcené armé. Celui-ci  était retranché depuis la fin d’après-midi dans la demeure familiale. Sans heurts et en douceur, les gendarmes de l’antenne GIGN de Dijon ont réussi à neutraliser de nuit le tireur et à récupérer son arme de poing.

L’individu, un trentenaire sans casier judiciaire mais psychologiquement instable a été mmédiatement placé en garde à vue, au sein des locaux de la brigade de Neufchâteau.

Scène de guerre dans un paisible village vosgien

Les premiers coups de feu retentissent vers 22h30. Dans la paisible allée de l’Étang, sur la commune de Charmes, les habitants du quartier sont surpris dans leur sommeil par les détonations. Inquiétés par ce voisin qui tire depuis sa terrasse avec une arme de poing, ceux-ci donnent l’alerte.

Une patrouille de Gendarmerie est dépêchée sur le lieu des déflagrations. Alors que les gendarmes font une reconnaissance de la maison, le trentenaire pris de panique commence à leur tirer dessus avant de se réfugier à l’intérieur.

Des hommes de la brigade de recherches de Neufchâteau sont envoyés en renfort pour tenter de raisonner le forcené. L’homme reclus dans la maison avec ses parents et ne donnant aucune réponse, le procureur de la république d’Épinal, Étienne Manteaux, décide de faire intervenir l’antenne GIGN de Dijon avant que la situation ne dégénère.

Le GIGN déloge le forcené en pleine nuit

Les gendarmes d’élite de Dijon arrivent aux alentours de 2h30 du matin sur le site de Charmes. Moins d’une demi-heure plus tard, une reconnaissance est effectuée par le groupe d’attaque. Pendant ce temps, les négociateurs détachés du peloton effectuent une nouvelle prise de contact avec l’individu armé.

Alors que la négociation se révèle peu concluante, ordre est donné de monter à l’assaut de la maison où est retranché l’individu. Il est 3h15 du matin, l’antenne GIGN s’élance dans la maison et neutralise sans violence le suspect. La zone est complètement évacuée à 3h30 et les parents du tireur s’en sortent indemnes.

Rapidement placé en garde à vue, l’homme pourtant sans antécédent judiciaire, explique son passage à l’acte par des problèmes psychologiques importants. Le procureur indique une poursuite des investigations ainsi que l’ouverture d’une information judiciaire.

M.C. 

A voir également

Les tags sur la façade de la Gendarmerie de Landivisiau (Capture d'écran le Télégramme)

Des tags appelant au suicide inscrits sur la gendarmerie de Landivisiau (Vidéos)

Des slogans haineux appelant au suicide des policiers ont été inscrits sur la façade de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !