mercredi 24 avril 2019
Accueil / L'actualité Corse / Corse : un légionnaire se tue en pratiquant le parachutisme extrême
(Photo/Pixabay).

Corse : un légionnaire se tue en pratiquant le parachutisme extrême

Un légionnaire de Calvi s’est tué le mardi 20 février près du Capo d’Orto (Ouest de la Corse) en pratiquant pendant ses loisirs du wingsuit, du parachutisme extrême avec une combinaison pour planer. Les recherches engagées le jour même par les gendarmes et les pompiers n’avaient pas permis de le retrouver.

Lire aussi sur L’EssorHaute-Savoie : un Suisse se tue lors d’un saut en wingsuit

Le corps de l’adjudant Serge Leroy, du 2e régiment étranger de parachutistes (Rep) de Calvi, a été retrouvé le mercredi 21 février dans la matinée sur la commune d’Ota Porto à proximité du point de départ d’un saut en wingsuit, un type de parachutisme où le pratiquant se jette dans le vide, depuis un avion ou une falaise, équipé d’une combinaison ailée qui lui permet de planer et de ralentir sa chute.

Le militaire avait été signalé disparu mardi après-midi et des recherches lancées immédiatement par les gendarmes, les pompiers et une section du 2e Rep n’avaient pas permis de le retrouver mardi, a précisé le procureur, Eric Bouillard.

Le site du 2e Régiment étranger de parachutistes a fait part du décès de l’adjudant Leroy survenu mardi 20 février.

Âgé de 43 ans, il était marié et père de deux enfants. Il avait intégré le régiment en 2003 : “Il exerçait en tant qu’adjudant d’unité de la compagnie d’appui. Sous-officier supérieur particulièrement doué et apprécié, il avait participé à plusieurs opérations extérieures : Tchad en 2015, Afghanistan en 2008 et République de Côte d’Ivoire 2004. Titulaire d’une citation, il était promis à un très bel avenir.” Sa dépouille sera inhumée au carré militaire de Calvi.

Le wingsuit est considéré comme une pratique dangereuse. En octobre 2016, la ville de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie) avait suspendu durant plusieurs mois la pratique de ce sport extrême après cinq accidents mortels.

Avec AFP

A voir également

Barricades constituées de bouteilles de gaz à Notre Dame des Landes Gendarmes mobiles à Notre-Dame-des-Landes (Photo d’illustration Gendarmerie Nationale)

Notre-Dame-des-Landes: le point un an après l’opération

Le 9 avril 2018 restera une date historique pour la Gendarmerie Nationale. Ce jour là, en pleine nuit, elle lance une opération de maintien de l'ordre historique: l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !