mardi 27 octobre 2020
Accueil / L'actualité Centre-Val de Loire / Homme tué dans le Loir-et-Cher : deux gendarmes de l’antenne du GIGN mis en examen
Ecusson des gendarmes des antennes du GIGN. Crédit : M.Guyot/Essor.
Ecusson des gendarmes des antennes du GIGN. (Crédit : M.Guyot/Essor).

Homme tué dans le Loir-et-Cher : deux gendarmes de l’antenne du GIGN mis en examen

Deux gendarmes qui avaient abattu un membre recherché de la communauté des gens du voyage le 30 mars près de Blois ont été mis en examen pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, a annoncé mardi le procureur de la République.

Les deux gendarmes de l’antenne du GIGN de Tours ont été mis en examen lundi pour “violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort de M. Angélo Garand sans intention de la donner“, a indiqué le procureur de Blois, Frédéric Chevallier, dans un communiqué.

Angelo Garand, 37 ans, était en cavale depuis fin septembre 2016, n’ayant pas réintégré la prison de Vivonne, près de Poitiers (Vienne) après une permission de sortie.

Il avait été tué lors de son interpellation à Seur (Loir-et-Cher), au sud de Blois, au domicile de son père. Ils “ont été laissés libres, sans mesures de sûreté” et l’information judiciaire ouverte en avril “se poursuit“, a-t-il ajouté. “Il n’y a pas d’éléments nouveaux dans l’enquête”, a précisé le procureur à l’AFP au téléphone.

Selon les premiers éléments, la thèse de la légitime défense semblait privilégiée. Angelo Garand, recherché pour évasion, était connu pour des faits de vols aggravés. La dernière condamnation, à 4 ans de prison ferme, remontait à janvier 2017 à Châteauroux. L’homme était considéré comme potentiellement dangereux.

AFP

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Niout

    Sans préjuger de leur totale légitime défense j’apporte toute ma sympathie à mes frères d’armes mis en cause dans cette triste affaire. La Justice doit faire son oeuvre, mais bien garder à charge le lourd passé de délinquant de cet homme qui n’était pas un enfant de choeur Il s’est trouvé face à des professionnels aguerris qui ont forcément répondu à un acte de menaces flagrantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.