mercredi 30 septembre 2020
Accueil / L'actualité Bretagne / Monts d’Arrée : les gendarmes mettent fin à une rave sauvage
La loi fait obligation de déclarer les rave-parties dès qu'au moins 500 personnes sont attendues. Ils étaient environ 4000 à Commana, le week-end dernier

Monts d’Arrée : les gendarmes mettent fin à une rave sauvage

C’est devenu une habitude au fil des ans : des rave-parties sont régulièrement organisées sur ou autour de la commune de Commana, dans le Finistère, sans autorisation. Le nouveau préfet, Pascal Lelarge, a cette fois décidé de rappeler les organisateurs de ces « free-parties » à leurs obligations.

Quelque 70 gendarmes ont été mobilisés dimanche pour couper le son puis saisir les amplis au milieu d’une fête qui a réuni jusqu’à 4000 « teufers ».

Un hélicoptère a survolé la zone afin de pouvoir identifier les organisateurs et certaines immatriculations et lancer d’éventuelles poursuites judiciaires.

“Nous ne pouvons tolérer ce genre de rassemblement, sans autorisation. Il y a les nuisances sonores, mais l’aspect le plus préoccupant, c’est la sécurité. Un signal a été envoyé, mais à présent la porte est ouverte », a expliqué à l’AFP le directeur de cabinet du préfet, Jean-Daniel Montet-Jourdran.

Si la rave se déroulait sur un terrain prêté par son propriétaire, la préfecture n’avait pas été informée. Ce sont des riverains excédés par le bruit qui ont donné l’alerte.

L’article L211-5 du Code de la sécurité intérieure fait obligation de déclarer de tels rassemblements au-delà de 500 personnes attendues.

Le parquet a annoncé la convocation devant le tribunal correctionnel de Brest, le 9 mars, du principal organisateur mais aussi de l’agriculteur qui a mis à disposition son terrain pour cette fête techno.

Le premier est poursuivi pour trouble à la tranquillité d’autrui, infraction sur la réglementation sur les débits de boissons et absence d’autorisation pour l’organisation de cette rave-party.  Le second devra répondre de “complicité d’agression sonore”.

La mise en œuvre des dispositions réglementaires et pénales s’est accompagnée d’une main tendue du préfet aux organisateurs.

“Le préfet est prêt à rencontrer les organisateurs afin de discuter d’un modus operandi pour réaliser à l’avenir les choses de façon cadrée”, a précisé son directeur de cabinet.

“On assume totalement le fait qu’on ait dépassé le nombre de personnes, et s’il y a des poursuites, on assume les conséquences”, a reconnu un des responsables de la rave qui a toutefois regretté un « déferlement de violence” des forces de l’ordre.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *