vendredi 14 décembre 2018
Accueil / A la une / Un gendarme et sa famille menacés après le contrôle d’un usager de quad sans casque!
KristinaMaSayCheese / Pixabay

Un gendarme et sa famille menacés après le contrôle d’un usager de quad sans casque!

Un gendarme et sa famille ont été victimes d’intimidations intolérables  le 6 octobre dernier à Nevers après un banal contrôle d’un individu qui conduisait un quad (moto à quatre roues) sans casque dans le quartier difficile des Courlis où se situe la caserne. Les deux suspects, deux frères, ont été jugés le 30 novembre dernier et condamnés relate Le journal du Centre.

La réponse judiciaire a été à la hauteur de la gravité des faits, avec des peines supérieures aux réquisitions.

Sofiane (déjà condamné à huit reprises) a écopé de vingt mois de prison, dont seize mois ferme, et Hakime (dix-sept mentions à son casier)  à douze mois de prison, dont dix mois ferme. Placés en détention à l’issue du procès, ils sont interdits de séjour à Nevers pendant deux ans.

Le parquet, représenté par Paul-Édouard Lallois, vice-procureur avait requis en consacrant que les”actes d’intimidation ne faisaient aucun doute” quatorze mois à l’encontre de Sofiane et huit mois à l’encontre d’Hakim, et mandat de dépôt à l’audience.

Lors du contrôle en question, un attroupement s’était formé et les suspects avaient menacé le gendarme en ces termes rapportés par le Journal du centre :

On sait quelle voiture tu as“, “où tes enfants vont à l’école“, “où tu pars en vacances“…

Pour l’avocat du gendarme qui était accompagné d’un” comité de soutien” composé de  camarades en tenue, Me Arnaud Lépine, le militaire “n’a fait que son travail“. “On insulte, on humilie et, aucune limite, on menace de représailles sur les enfants“a t-il lancé” en évoquant une “impression d’impunité pour certains habitants de ce quartier”.

Pour leur défense les deux suspects ont évoqué la “vengeance d’un gendarme fou“, “car il prend son métier à coeur”.

Me Alexandre Liancier, en défense a plaidé la relaxe.

 

A voir également

Quand les députés oublient les gendarmes… dans une loi qui les concerne !

L'Assemblée nationale voulait permettre pour les policiers et les gendarmes d'anonymiser le recueil de la plainte. La formulation adoptée oublie pourtant les gendarmes.

Un commentaire

  1. DRAILLET

    Moi je trouve les peines un peu légères

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !