A l’audience, son avocat a bataillé ferme pour lui éviter l’incarcération requise par le procureur Etienne Manteaux.

“Il est rarissime qu’un gendarme soit renvoyé devant le tribunal correctionnel et plus rarissime encore que le ministère public demande une détention provisoire, mais les faits sont d’une gravité exceptionnelle. Si on commence à imaginer les gendarmes susceptibles de faire cela, c’est toute notre institution qui vacille”, a déclaré le représentant du ministère public, cité par le journal.

Père de trois enfants, en pleine procédure douloureuse de divorce, et condamné en mai dernier à 12 mois de prison avec sursis pour des faits de violence sur fond d’alcool, il “a été un bon soldat de la justice” et “est au bout” a plaidé son avocat M° Euvrard qui a demandé, et obtenu, la mansuétude du tribunal.