lundi 24 février 2020
Accueil / L'actualité Bourgogne-Franche-Comté / Un faux gendarme arrêté par de vrais gendarmes dans la Nièvre
Image d'illustration (Photo/SD/L'Essor)
Image d'illustration (Photo/SD/L'Essor)

Un faux gendarme arrêté par de vrais gendarmes dans la Nièvre

Un faux gendarme a été arrêté lundi 9 décembre dans la Nièvre. A son domicile, les gendarmes de Château-Chinon, les vrais, ont découvert une impressionnante penderie constituée de toutes sortes de tenues militaires: service courant, intervention, combat, cérémonie.

Mais aussi des insignes et des galons d’officier, des décorations, un bâton de défense, des deux-tons et un gyrophare. Un gyrophare dont il n’hésitait pas à se servir. L’homme s’est ainsi fait récemment contrôler près de Paris où il circulait toutes sirènes hurlantes. Croyant avoir affaire à un gendarme, les forces de l’ordre l’avaient laissé repartir. Mais, après vérifications, il s’est avéré que l’homme n’appartenait pas à leurs services. Ce qui a permis de confondre l’usurpateur qui, en outre, se servait de “cette fausse qualité par écrit auprès de potentiels employeurs”, a précisé Paul-Édouard Lallois, vice-procureur de Nevers.

Le faux gendarme “voue un culte à la Gendarmerie”

Selon le parquet de Nevers, ce quinquagénaire qui vit entre la région parisienne où il travaille et la Nièvre, voue “un culte à la Gendarmerie” depuis son service militaire. S’il avait échoué à intégrer l’Institution, cela ne l’empêchait pas de se faire passer pour un autre au point d’abuser son entourage, persuadé qu’il était un véritable gendarme.

Lire aussi sur L’Essor: Agen: un faux gendarme condamné pour escroquerie

Placé en garde à vue dans la Nièvre, il se dira même “ravi de son séjour” à la Gendarmerie! Remis en liberté, le faux gendarme n’en sera pas moins convoqué devant le tribunal correctionnel de Nevers le 14 février. Il devra répondre d’”usurpation de qualité, de port illégal d’uniforme et de décoration, de faux et usage de faux“. Une passion pour l’Arme qui pourrait lui coûter cher. Selon la Charente Libre, il encourt jusqu’à trois ans de prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *