jeudi 23 mai 2019
Accueil / L'actualité Auvergne Rhône-Alpes / Le chef d’escadron Durieux-Trouilleton, commandant l’EDSR de l’Ain pose le képi
Un départ au son des cornemuses (Photo JF Cortot/L'Essor)

Le chef d’escadron Durieux-Trouilleton, commandant l’EDSR de l’Ain pose le képi

Le chef d’escadron Durieux-Trouilleton a débuté gendarme auxiliaire et pose le képi après 35 ans de Gendarmerie (Photo JF Cortot/L’Essor)

Après 35 années de service, à 53 ans, le chef d’escadron Eric Durieux-Trouilleton a fait valoir ses droits à la retraite.

Comme l’ont souligné la colonelle Florence Guillaume, commandant le groupement de l’Ain, le préfet de l’Ain et le procureur de la République, le chef d’escadron Durieux-Trouilleton a fini son parcours militaire en beauté à la tête de l’EDSR de l’Ain, territoire compliqué en matière de sécurité routière.

Ce motocycliste qui a commandé l’EDSR du Jura et celui de l’Ain voisin prend sa retraite dans le Jura (Photo JF Cortot/L’Essor)

La colonelle Guillaume a rappelé le parcours du partant guidé, dès son plus jeune âge par l’envie de servir qui se révèle dès 16 ans, au moment de ses débuts de sapeur-pompier-volontaire à Pont- de- Beauvoisin (38). Un peu avant ses 18 ans, il devance l’appel et devient gendarme auxiliaire. Il passera par le CIGA d’Auxerre et le peloton d’élève brigadier à Porquerolles, puis servira au plateau d’Albion dans la Gendarmerie de l’air. Son envie de servir, le conduit naturellement au concours de sous-officier et à l’école du Mans.

“Avec vous tout est simple, rien ne semble compliqué ! a dit la colonelle Guillaume au partant (Photo JF Cortot/L’Essor)

A sa sortie d’école en 1985, il rejoint la brigade de Champagnole (39). En 1988, il suit le stage motocycliste et est affecté à la BMO de Besançon. De 1992 à 1996, il sert à la BDRIJ  de Besançon. En 1996, il accède au grade de maréchal des logis-chef et est affecté comme adjoint au commandant de brigade de Faverney (70). En 2001, il réussit le concours de l’EOGN et après ses deux années de scolarité à Melun, il rejoint la compagnie de Péronne (80) comme adjoint au commandant de compagnie.

En 2007, il prend le commandement de l’EDSR du Jura. En 2011, il est affecté comme chef du bureau des systèmes d’information et de communication de la région de gendarmerie de Bourgogne puis chef du BCO.

En 2016, il rejoint le commandement de l’EDSR de Bourg en Bresse.

Avec vous tout est simple, rien ne semble compliqué ! Vous êtes disponible et compétent et on peut se reposer sur vous pour les questions de sécurité routière que vous maitrisez !”  a souligné la colonelle Guillaume.

Ses camarades et amis étaient venus nombreux le saluer pour un départ non pas en fanfare mais en pipe-band puisque c’est une partie de l’Edelweiss piper de Chambéry qui a accompagné musicalement le pot de l’amitié.

Le chef d’escadron Durieux-Trouilleton va rejoindre le Jura pour une retraite où il pourra se consacrer à ses passions : l’histoire et particulièrement les deux guerres mondiales et la guerre d’indépendance américaine, les États-Unis où il se rend régulièrement, ayant déjà visité 13 des 50 états de ce pays, la musique et la danse country qu’il pratiquait à Dijon au sein du CSLG. Il est, par ailleurs, intarrissable sur les régiments médicaux de l’armée des États-Unis durant la seconde guerre mondiale et a écrit des articles particulièrement documentés sur ce sujet notamment pour Militaria.

L’Essor souhaite une excellente retraite très active au chef d’escadron Durieux-Trouilleton,

A voir également

Suicide du commandant de compagnie de Lons-le-Saunier (Jura)

Nouveau drame dans l'Arme avec le suicide d'un officier du Jura. Le commandant de la compagnie de Lons-le-Saunier a mis fin à ses jours ce jeudi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !