jeudi 12 décembre 2019
Accueil / L'actualité Bourgogne-Franche-Comté / La vigne de l’école de gendarmerie de Dijon inaugurée
De gauche à droite, le général Olivier Kim, Nathalie Koenders, première adjointe au maire de Dijon et lieutenante-colonelle de la réserve citoyenne de la Gendarmerie, le colonel Bertrand François, inaugurent la nouvelle vigne de l'école de Gendarmerie de Dijon (Photo/EG Dijon).

La vigne de l’école de gendarmerie de Dijon inaugurée

Plantation symbolique de nouveaux plants de vigne (Photo/JFC/L’Essor).

Le mardi 20 février, le colonel Bertrand François a inauguré la nouvelle vigne de l’école de gendarmerie de Dijon en présence notamment du général Olivier Kim, commandant la région Bourgogne-Franche-Comté, d’élus locaux et de réservistes citoyens.

La nouvelle vigne plantée à l’école de gendarmerie de Dijon est l’héritière directe de la vigne plantée en 1985 par la base aérienne 102; en effet, à cette époque le commandant de base avait planté 2000 pieds de vignes pour célébrer l’arrivée des premiers mirages 2000. Cette vigne produit le “clos Guynemer“, un chardonnay.

Elle était entretenue au départ par les appelés du contingent venus du monde viticole. Depuis, un personnel de la base, intégré ensuite à l’école, M. Lahaye donne de son temps pour l’entretenir avec passion. Lors de la passation de pouvoir entre le colonel François et le colonel Réal, ce dernier lui avait proposé de reprendre l’exploitation de cette vigne hors du commun.

Lire aussi sur L’EssorUne femme major de la promotion “Garde André Barbier” de l’école de Dijon (Vidéo)

Le colonel François a tout de suite accepté car c’était une façon de perpétuer les belles traditions de la base aérienne mais aussi de donner aux élèves un “outil pédagogique” très original; en effet, sensibiliser les jeunes élèves gendarmes à la culture de la vigne, c’est leur faire connaître très concrètement l’une des plus belles activités et traditions de la Bourgogne.

Les autorités lors du discours du colonel François (Photo/JFC/L’Essor).

Un gendarme doit s’enraciner dans le territoire où il est affecté, connaître ses traditions, ses activités principales et bien sûr les hommes et les femmes qui s’y adonnent. A ce titre la culture de la vigne qui un marqueur essentiel du territoire bourguignon doit être connue des élèves. Ceux-ci reçoivent ainsi un cours d’une heure sur l’histoire de la vigne et du vin et sont associés à l’exploitation de la vigne.

Quand ils rejoindront leurs futures affectations, ils sauront qu’il faut s’intéresser à la culture et aux traditions de leur nouveau territoire, et que cette connaissance est l’une des clefs principales qui leur permettra de se rapprocher et de créer des liens avec la population locale.

La plaque souvenir de l’inauguration (Photo/JFC/L’Essor).

Comme la vigne plantée par l’armée de l’Air se situe sur le terrain appartenant désormais à la zone aéroportuaire, le colonel François a décidé de la déplacer dans la zone propre de l’école. Il a été épaulé dans cette démarche par l’équipe de M. Gérard Ferrière du jardin des sciences ainsi que par la chambre d’agriculture pour l’analyse des sols.

Cette exploitation nouvelle a été déclarée en bonne et due forme auprès de la douane, un nouveau texte de janvier 2016 permettant l’exploitation de ce type de vigne dite “familiale” et  qui n’est pas destiné à la commercialisation.

3000 pieds de vignes ont été plantés, pour moitié en chardonnay et pour l’autre moitié en pinot noir. Le blanc conservera l’appellation de “clos Guynemer” et le rouge devrait recevoir une appellation rappelant l’arrivée des jeunes gardes civils espagnols qui seront formés à l’école de Dijon de janvier à juin 2019. En attendant que cette vigne produise du raisin, l’école continue d’exploiter l’ancienne vigne qui sera ensuite rétrocédée au syndicat mixte de l’aéroport Dijon-Longvic.

Le colonel François à tenu à rappeler : “Ce vin est destiné à agrémenter les moments de convivialité de l’école et qu’évidemment il est toujours consommé avec modération!”.

JFC

A voir également

La Gendarmerie arrête des braqueurs

Ils étaient repartis avec 30 kilos d’or et de platine. Cinq hommes, suspectées d’avoir braqué …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *