vendredi 14 décembre 2018
Accueil / A la une / La 12 ème promotion de l’école de Dijon honore l’adjudant Bocher, héros de la résistance (Vidéo)

La 12 ème promotion de l’école de Dijon honore l’adjudant Bocher, héros de la résistance (Vidéo)

La famille de l’adjudant Bocher était présente (Photos JF Cortot/L’Essor)

La cérémonie de baptême de la 12ème promotion de l’école de gendarmerie de Dijon s’est déroulée le jeudi 29 novembre 2018. Au cours d’une cérémonie présidée par le général de division Yvan Noailles, commandant en second les écoles de la gendarmerie, et en présence de M. Christophe Marot, secrétaire général de la préfecture de la Côte-d’Or, la 12ème promotion a été baptisé du nom d’un héros de la résistance, l’adjudant Bocher, en présence de la petite fille de celui-ci.

(Photos JF Cortot/L’Essor)

Une promotion de 122 gendarmes dont 77 rejoignent “la blanche”

La 2ème compagnie est placée sous le commandement du chef d’escadron Sylvain Bosserelle,
Le 9 avril 2018, 132 élèves-gendarmes ont incorporé la 2ème compagnie de l’école et  au 29 novembre dernier, ils étaient 122 élèves (99 élèves masculins et 23 élèves féminins).
Le plus jeune de la 12ème promotion est âgé de 20 ans, le plus âgé 31 ans. La moyenne d’âge de la compagnie est de 24 ans et demi.

112 élèves de la 12 ème promotion ont rejoint leurs affectations. (Photos JF Cortot/L’Essor)

65 élèves gendarmes sont issus du monde civil et 57 étaient auparavant gendarmes-adjoints-volontaires.
A leur sortie, les nouveaux gendarmes rejoindront des postes sur l’ensemble du territoire français à l’exception des départements et territoires ultra marins et de la Corse.
37 gendarmes, dont 4 féminins, rejoindront la gendarmerie mobile, 77 rejoindront la gendarmerie départementale et 8, dont 2 féminins, rejoindront la garde Républicaine.

Le parrain : Lucien Bocher, décédé en déportation 

Le parrain (Photos JF Cortot/L’Essor)

Lucien Bocher est né le 30 Avril 1900 à Paris dans le IVème arrondissement. (75).
Le 2 Mai 1922 il épouse Suzanne Brenot à Vic-sous-Thil (21). Lucien Bocher entre dans l’institution en 1922. Quelques années plus tard, en 1929, il est nommé maréchal des logis chef puis adjudant en 1942.
Il sert à la brigade de Les Laumes (21) puis commande celle de Semur-en-Auxois (21). Lors de la seconde guerre mondiale se créent des groupes de résistance afin de faire face à l’occupation allemande sur le territoire français. Lucien Bocher rejoint les forces françaises de l’intérieur de la Côte d’Or (21) en mai 1943, puis les forces françaises combattantes en juin 1943 en qualité de sous-lieutenant et commandant adjoint du maquis Henri Bourgogne.
Il a pour mission de recueillir du renseignement sur les forces ennemies, mission qu’il mène avec succès. Le 3 mai 1944, il sauve la vie d’un maquisard blessé. Le 12 mai 1944, alors qu’un aviateur allié de nationalité américaine chute en parachute, il prend la décision de le prendre en charge et de le remettre à un chef de la résistance de Semur-en-Auxois afin qu’il ne soit pas appréhendé par l’ennemi, alors parti à sa recherche.
Sur dénonciation, il est arrêté à Dijon le 11 juillet 1944 et remis à la Gestapo. Il est détenu à la maison d’arrêt de Dijon (21) jusqu’au 21 août 1944 avant d’être déporté au camp de concentration de Wiegen où il décède le 15 mars 1945 d’après l’avis officiel de décès du ministre des anciens combattants et victimes de guerre du 20 novembre 1945.
Cependant, le lieu, la date et les circonstances de son décès demeurent floues, d’après certaines sources il serait décédé au camp de concentration de Dachau (Allemagne).
Il est inhumé à Natzviller. (67).Le président de promotion et les neuf premiers gendarmes du classement ont reçu un abonnement d’un an à L’Essor de la gendarmerie nationale.
JF Cortot

A voir également

Quand les députés oublient les gendarmes… dans une loi qui les concerne !

L'Assemblée nationale voulait permettre pour les policiers et les gendarmes d'anonymiser le recueil de la plainte. La formulation adoptée oublie pourtant les gendarmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !