mardi 29 septembre 2020
Accueil / L'actualité Bourgogne-Franche-Comté / Ivre, il loupe son arrêt en gare : le conducteur de train en garde à vue chez les gendarmes
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

Ivre, il loupe son arrêt en gare : le conducteur de train en garde à vue chez les gendarmes

Dans son état, il ne maîtrisait plus vraiment les manettes: le conducteur du train Paris-Clermont censé desservir la gare de Nevers avait manqué mercredi soir son arrêt en gare, parce qu’il était en état d’ivresse. “L’agent SNCF(…) est en garde à vue depuis ce jeudi, 8 h, à la brigade de gendarmerie de Saint-Pierre-le-Moûtier où les enquêteurs tentent notamment de déterminer si l’homme a bu avant ou pendant le trajet” précise Le Journal du Centre.

Le train Intercités n°5971, parti de la gare de Paris-Bercy à 16H00 et qui devait desservir les gares de Nevers, Moulins, Vichy, Riom, puis Clermont-Ferrand, ne s’était pas arrêté en gare de Nevers et avait continué son chemin jusqu’à la gare suivante de Saincaize, à une dizaine de kilomètres au sud, pour des raisons de sécurité.

Aussitôt l’arrêt manqué, le cadre SNCF de service a immédiatement prévenu les pompiers et la gendarmerie. Le conducteur a été transporté au Centre hospitalier de Nevers où une prise de sang a été pratiquée avec un résultat positif à l’alcoolémie“, indique jeudi soir la SNCF.

Placé en garde à vue, le cheminot avait “3,34 grammes d’alcool par litre de sang“, selon Le Journal du Centre.

À la suite de son fâcheux oubli, les quelque 200 passagers qui se trouvaient à bord avaient dû changer de train. Quarante-et-un d’entre eux, qui devaient s’arrêter à Nevers, avaient pris un TER en gare de Saincaize. Les autres passagers avaient quant à eux dû poursuivre leur voyage avec le train suivant en provenance de Paris et étaient arrivés dans leurs gares respectives avec une heure de retard sur l’horaire initial.

Il s’agit d’une situation rarissime, grave et intolérable. Le président de la SNCF a immédiatement mandaté la direction nationale des audits de sécurité pour se rendre sur place et mener l’enquête interne. Une procédure disciplinaire interne est engagée. Elle peut mener à la radiation de l’agent“, a ajouté la SNCF, qui assure qu’elle “pratique la tolérance zéro et déploie des moyens importants de prévention et de contrôle” en matière d’alcools et de stupéfiants.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *