jeudi 1 octobre 2020
Accueil / A la Une / Haute-Saône : le corps découvert brûlé est bien celui de la joggeuse disparue
C'est dans ce bois que des élèves gendarmes ont découvert le corps d'Alexia (Photo/JFC/L'Essor).

Haute-Saône : le corps découvert brûlé est bien celui de la joggeuse disparue

entrée de Velet
L’entrée de Velet, près de Gray (Photo/JF Cortot/L’Essor).

La confirmation vient de tomber. Le corps brûlé retrouvé par des élèves gendarmes dans un bois près de Gray en Haute Saône est bien celui de la joggeuse disparue Alexia Daval,  29 ans, a annoncé mercredi le procureur de la République de Vesoul.

“Les constatations réalisées sur le corps, dans la scène de crime, par les techniciens en identification criminelle ont été adressées dès hier à un laboratoire de police technique et scientifique. Leur exploitation ADN confirme que le cadavre découvert est bien celui d’Alexia Daval, la joggeuse disparue à Gray”, a précisé Emmanuel Dupic.

“L’autopsie du corps se déroulera jeudi à l’institut médico légal de Besançon. Aucune communication ne sera faite sur ses résultats afin de préserver le travail des enquêteurs”, a ajouté le magistrat.
Les enquêteurs ont déployé les grands moyens pour tenter de retrouver l’assassin et éviter une psychose dans la région de Gray.

Drones de la section de recherches de la Gendarmerie des transports aériens2 (GTA)
Des drônes comme celui-ci sont mis en oeuvre, ici de celui de la section de recherches de la Gendarmerie des transports aériens2 (GTA) (Photo M.G/L’Essor).

L’autopsie devrait permettre de savoir comment est morte la jeune femme, si elle a été victime d’un accident ou assassinée.

Le corps a été “volontairement brûlé par l’auteur des faits” et transporté jusqu’au bois de Velet, où il a été découvert lundi, avait précisé le magistrat en annonçant l’ouverture d’une  instruction pour assassinat.
L’enquête doit pour sa part déterminer où elle a été tuée.
Aucun suspect n’avait été identifié mardi soir, ont indiqué à l’AFP des  sources concordantes.
Les enquêteurs ont de très nombreuses pistes à vérifier dans l’entourage de la jeune femme disparue samedi pendant son footing matinal à Gray-la-Ville, commune limitrophe de Velet.
Entendu comme témoin par les gendarmes, le mari de la jeune femme, un technicien en informatique de 33 ans, a décidé de se constituer partie civile, ont indiqué mardi à l’AFP ses avocats Mes Emilie Baudry et Christophe Ballorin. L’objectif est de pouvoir “avoir un accès au dossier et continuer à pouvoir être informés en collaboration avec le parquet”, a précisé Me Ballorin.

Trois drônes de la GTA déployés

Une centaine de gendarmes sont mobilisés sur le terrain, dans le bois de Velet où un cadavre brûlé, méconnaissable et caché sous des branchages, a été trouvé lundi. La scène de crime est “gelée” et les enquêteurs procèdent notamment à un ratissage pour retrouver d’éventuels indices.
Trois drones de la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens sont par ailleurs déployés “pour permettre, vu du ciel, d’identifier des éléments qui seraient lointains et peu visibles pour un observateur au niveau du sol”, a expliqué le commandant du groupement de gendarmerie de Haute-Saône, Jean-Michel Blaudez.

Les appareils, d’une capacité de 15 minutes de vol chacun, vont photographier et filmer la scène de crime, afin de repérer d’éventuelles “traces de roulage et de pneus sur les prairies”, a-t-il précisé.

Les enquêteurs travaillent également sur les précieux témoignages et les rumeurs. L’une fait état d’un exhibitionniste au volant d’une fourgonnette blanche.

Il y a Enormément de rumeurs publiques comme c’est le cas dans ce genre de dossiers: le procureur

Il y a énormément de rumeurs publiques, comme c’est le cas dans ce genre de dossiers”, a mis en garde le procureur. Les gendarmes ont vérifié le profil d’un jeune homme qui harcelait Alexia Daval au téléphone.
Alexia Daval a quitté son domicile samedi vers 09H00 pour aller courir.

Cette jeune femme sportive et souriante, qui a pratiqué la natation dans sa jeunesse et court régulièrement, est décrite comme “très sympa” et “ouverte”par ses connaissances. Employée dans une banque à Besançon, elle est très appréciée de ses collègues, dont certains ont participé lundi à la battue.
“Elle avait des petits problèmes comme chacun d’entre nous, mais rien de particulier”, selon le procureur.
À Gray, principale ville dans ce secteur de prairies et de bois, les habitants sont sous le choc de cette découverte. Effarés de penser que l’assassin “est peut-être parmi les habitants” de cette ville où “tout le
monde se connait”, ils disent avoir “peur” de sortir.
“Il y a un criminel en cavale. On ne s’attendait pas à ce genre de faits dans notre petite contrée bien sympathique”, a confié devant les journalistes
le maire de cette commune de 5.000 habitants, Christophe Laurençot. L’édile demande “aux gens de ne pas entrer dans une psychose”, “de rester unis et de ne pas sortir (marcher ou faire leur footing) seuls” : “Restons mobilisés et restons vigilants”.
Avec AFP

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *