dimanche 27 septembre 2020
Accueil / A la Une / Assassinat d’Alexia : les enquêteurs mettent de gros moyens
Gendarmes aux abords du bois de la scène de crime
Novembre 2017. Les gendarmes surveillent le bois dans lequel se trouve la scène de crime (Photo/ JFC/L'Essor).

Assassinat d’Alexia : les enquêteurs mettent de gros moyens

Alors que l’autopsie du corps d’Alexia Daval va être pratiquée ce jeudi, les enquêteurs mettent le paquet pour tenter de retrouver son assassin.

Les gendarmes qui ont estimé que les investigations seront longues et minutieuses ont en effet déployé les grands moyens depuis plusieurs jours. Un travail technique minutieux est mené par les techniciens en investigations criminelles et les experts de l’IRCGN dans la forêt où le corps a été trouvé par des élèves gendarmes, caché sous des feuillages. Le bois dans lequel se trouve la scène de crime est constamment surveillé afin d’éviter des modifications de la scène de crime mais aussi les journalistes.

Ce mercredi, des gendarmes, précisément des réservistes patrouillaient à proximité et contrôlaient les rares véhicules qui s’aventuraient dans le secteur.

Les gendarmes contrôlent les véhicules aux abords de la scène de crime ( Photo JF Cortot L’Essor)

Les experts réalisent des prélèvements, collectent les éventuelles traces biologiques, recherchent des empreintes permettant de comprendre comment le corps a été acheminé jusqu’au bois.
Trois drones ont été utilisés. Ils peuvent photographier et filmer la scène de crime afin de repérer d’éventuelles “traces de roulage et de pneus sur les prairies” invisibles depuis le sol, explique le commandant du groupement de  la gendarmerie de Haute-Saône, le colonel Jean-Michel Blaudez.

C’est un drone du même type que celui-ci, ici celui de  la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens, qui est mis en oeuvre. (GTA).Photo d’illustration (M.G L’Essor).

Un autre travail consiste à recueillir les témoignages afin de comprendre ce qui s’est passé. Selon son mari, Alexia est partie à 09H30 samedi. Le trajet habituel de son jogging suit les bords de la Saône. Les enquêteurs
cherchent des témoins qui l’ont vue courir et éventuellement être approchée par son ou ses meurtriers.

Un nouvel appel à témoins lancé

Un nouvel appel à témoins a été lancé mercredi par le parquet. Il invite à “signaler tout fait suspect constaté, dans les environs de Gray et de la forêt de Velet-Esmoulin, durant le week-end du 28 et 29 octobre, qui peut donner lieu à un signalement à la gendarmerie au numéro dédié : 03 84 65 11 45.


Beaucoup de questions sont encore sans réponses. Alexia Duval a-t-elle emprunté un autre trajet ? Connaissait-elle son agresseur ? Où a-t-elle été interceptée ? Où a-t-elle été tuée ? Quand et comment ?
Le meurtre de la jeune femme a choqué et effrayé les habitants de Gray.

“Comment des personnes peuvent-elles commettre de tels actes. Comment vivre avec de telles blessures”, a lancé le père Laurent Bertillo pendant la messe mercredi matin.
“Parler de pardon aujourd’hui est indécent, mais nous devons éviter le poison de la vengeance”, a insisté le prêtre.

Nous sommes sous le choc (…) j’avais un espoir que le corps ne serait pas celui d’Alexia”, a déclaré Christophe Laurençot, le maire de cette commune de 5.000 habitants, invitant à respecter le deuil de la famille.

Dans cette commune de Gray où tout le monde,  se connaît, peu ou prou,  les fleurs continuent d’être déposées devant le bar PMU que tiennent les parents d’Alexia, des commerçants très estimés et impliqués dans la vie locale, la mère d’Alexia étant conseiller municipal.

Pour le père de la victime, qui s’est confié mercredi soir à RTL, c’est  “impossible” d’imaginer qu’Alexia soit allée faire son footing dans ce bois.

“C’était trop loin, c’était pas du tout son trajet”, affirme-t-il. “C’est l’inacceptable qui est arrivé”, a dit l’homme effondré, devant les  fleurs, les bougies et les petits mots de soutien laissés par les habitants du secteur devant son établissement  “On ne comprend pas, on revit  toute la nuit, on revit ce qu’elle a pu vivre en espérant que la pauvre gamine  n’a pas souffert”.

Fleurs devant le bar des parents d'Alexia
Les fleurs continuent d’affluer devant le bar des parents d’Alexia à Gray ( Photo JF Cortot L’Essor)

Aucun suspect n’avait été identifié mercredi après-midi, ont indiqué à l’AFP des sources concordantes.
Les enquêteurs ont de très nombreuses pistes à vérifier, notamment dans l’entourage de la victime.
Son mari, un technicien en informatique de 33 ans, a été entendu lundi comme témoin.
Deux avocats, Mes Emilie Baudry et Christophe Ballorin, ont affirmé mardi à l’AFP le représenter pour lui permettre d’avoir “un accès au dossier et continuer à pouvoir être informé en collaboration avec le parquet“. Mais l’intéressé a démenti mercredi avoir demandé aux deux avocats de le représenter.
Les deux branches de la famille n’ont pas encore choisi d’avocat“, a pour sa part indiqué mercredi un autre membre de la famille de la victime dans un appel téléphonique à l’AFP.

La gendarmerie a remercié sur Facebook les bénévoles ayant participé aux recherches.

D.C avec AFP et Jean-François Cortot

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *