dimanche 18 août 2019
Accueil / L'actualité Auvergne Rhône-Alpes / Disparition d’un militaire : le suspect déféré en vue de sa mise en examen (actualisée)
panneau gendarmerie S.D L'Essor
Illustration (SD/L'Essor).

Disparition d’un militaire : le suspect déféré en vue de sa mise en examen (actualisée)

Le suspect de l’affaire Maëlys, Nordahl Lelandais, en garde à vue depuis lundi dans le cadre d’une autre enquête concernant la disparition d’un militaire, a été déféré mercredi en vue de sa mise en examen, a-t-on appris auprès du parquet. Arrivé au palais de justice de Chambéry vers 11H, il sera interrogé par une juge d’instruction avant sa probable mise en examen. Le procureur tiendra une conférence de presse à 16H.

 Il était interrogé depuis lundi par les gendarmes dans le cadre de l’enquête sur l’enlèvement d’un militaire au printemps à Chambéry.

Arthur Noyer, 23 ans, caporal du 13e bataillon de chasseurs alpins (BCA), a disparu dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 (Photo/DR).

Extrait de la prison de Saint-Quentin-Fallavier, près de Lyon, l’ancien maître-chien de l’armée de terre, âgé de 34 ans, a été entendu par les gendarmes dans le cadre d’une garde à vue prolongée mardi pour 24 heures.

Les enquêteurs, qui s’appuient notamment sur des expertises téléphoniques, s’interrogent sur son éventuelle implication dans la disparition, dans la nuit du 11 au 12 avril d’Arthur Noyer, caporal du 13e Bataillon de chasseurs alpins (BCA) de Chambéry.

Ce jeune militaire avait été vu pour la dernière fois vers 4H du matin alors qu’il faisait du stop dans une rue de Chambéry, après avoir passé la soirée dans une discothèque d’un quartier animé de la ville, pour regagner sa caserne située à Barby, à quelques kilomètres.

Illustration (AV/L’Essor).

Une soirée presque sans anicroche: le jeune homme s’était fait voler sa veste et son téléphone mais avait récupéré ses effets dans la soirée, selon une source proche de l’enquête.

Le parquet de Chambéry avait ouvert une information judiciaire pour enlèvement et séquestration une semaine après qu’il se fut volatilisé, quatre mois avant la disparition de Maëlys à Pont-de-Beauvoisin.

Le rapprochement entre les deux affaires s’est fait “il y a quelques semaines”, a confié une source proche de l’enquête en cours sur l’enlèvement et le meurtre de l’enfant.

Magistrats et gendarmes grenoblois travaillaient, parmi les pistes, “à déterminer s’il y avait un lien entre la disparition de la fillette et d’autres disparitions à proximité”.

“Éléments communs”

Celle d’Arthur Noyer “était la plus proche, chronologiquement et en distance, notamment du domicile” des parents de Nordahl Lelandais où ce dernier résidait. Domessin et Chambéry sont distants d’une trentaine de kilomètres, Domessin et Pont-de-Beauvoisin (Isère) de moins de 4 km.

Des “éléments communs” sont alors apparus. Dans la soirée d’avril, les téléphones de Nordahl Lelandais et du militaire ont “borné” au même endroit et au même moment. Puis le téléphone du caporal Noyer s’est éteint en fin de nuit, approximativement vers 5H du matin, selon une source proche du dossier.

De plus, “il n’est pas impossible” que l’Audi noire de Nordahl Lelandais figure parmi les véhicules apparus dans l’enquête sur l’affaire Noyer. Jusqu’à présent, ils étaient en “masse trop importante” pour avoir été exploités fructueusement.

Les investigations sur les supports informatiques de Nordahl Lelandais ont aussi révélé, en l’état, une recherche effectuée sur internet sur la manière de faire disparaître un corps. Une recherche “postérieure à la disparition” du caporal, ont précisé des sources concordantes.

Ces expertises ont aussi révélé la consultation très fréquente de vidéos pornographiques. “La famille (du militaire disparu, NDLR) a décidé de ne pas s’exprimer avant la fin de la garde à vue et l’intervention du procureur de la République mercredi”, a déclaré leur avocat Me Bernard Boulloud.

Les parents d’Arthur Noyer vont sans doute venir à Chambéry. Ils avaient été reçus en octobre par la juge d’instruction qui les avaient alors assurés “qu’une équipe d’enquêteurs travaillait”, selon la même source.

Le 26 novembre, ils avaient organisé un rassemblement à Bourges, où ils habitent, pour marquer, avec 300 personnes, l’anniversaire des 24 ans de leur fils. Le 5 novembre, les parents de Maëlys avaient aussi fêté symboliquement les 9 ans de leur fille aux Abrets, en Isère.

Nordahl Lelandais nie, depuis le début, toute implication dans sa disparition. Son avocat, Me Alain Jakubowicz, s’est refusé à toute déclaration.

AFP 

A voir également

Devant la gendarmerie de Saint-Tropez (Photo S.D L'Essor).

Un gendarme de l’Oise décède dans un accident de la circulation

Le gendarme Sébastien Berger, 33 ans, père de deux enfants, du PSIG de Compiègne (Oise) a trouvé la mort dans une sortie de route alors qu'il se rendait en voiture sur une intervention dans l'Oise. Son passager, le  brigadier-chef Edgard Petit est blessé légèrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *